En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Grosse casse chez les outsiders
 

Une chute d’une trentaine de coureurs à 25 kilomètres de l’arrivée a mis hors-course de nombreux outsiders parmi lesquels Fränk Schleck, Hesjedal, Valverde, Boasson Hagen et Pierre Rolland. Et relancé le débat sur les oreillettes.

Inscrivez-vous à la Newsletter RMC Sport

Newsletter RMC Sport

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • now
    now     

    L'UCI est en train de tuer le Tour de France. Les supers équipes qui neutralisent dans les derniers kilomètres tous les efforts des coureurs combatifs qui sont les seuls à faire vivre la course. Les directeurs sportifs qui ânonnent leurs ordres dans les oreillettes des pauvres esclaves pédaleurs qui en perdent leur équilibre et chutent lamentablement. Au final on se retrouve comme tous les ans (et cette année c'est pire encore) avec un peloton amputé de quelques un des meilleurs coureurs blessé ou distancé qui auraient pu animer les seules étapes intéressantes du Tour. Tout est faussé, dénaturé et cela n'a plus rien à voir avec la loi du vélo. Tout a changé et la Direction est incapable de réfléchir au nouvelles donne et de prendre les décisions qui s'imposent. Surtout ne changeons rien, les grandes équipes font la loi et peuvent ainsi contrôler la course et nous nous retrouvons ainsi avec des coureurs qui arrivent à gagner 7 fois de suite...passionnant!

  • Langue de but
    Langue de but     

    J'ai été estomaqué et relativement scandalisé quand j'ai réalisé que pas un coureur de devant ne se relevait, ne serait-ce qu'une seconde, alors qu'il y avait de gros dégâts. Décidement les vieilles traditions se perdent, tout fout le camp. A l'image de notre société sans doute, c'est tout pour ma pomme aujourd'hui mais c'est bien dommage. Bravo de mettre dans les choux des concurrents de cette manière, bel exemple.

Votre réponse
Postez un commentaire