En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Euro 2016 : palmarès et histoires

En 14 éditions, le championnat d’Europe de football a sacré neuf nations : Espagne, Allemagne (3), France (2), Italie, Pays-Bas, Danemark, Grèce, Tchécoslovaquie et URSS.

1960 – URSS

1960 - URSS

Pays hôte : France

Première édition de la « Coupe d’Europe des Nations » et cette première a lieu… en France ! La compétition n’est pas comme nous la connaissons actuellement puisque seules les demi-finales ont lieu dans l’Hexagone. Le tournoi se déroule en matches éliminatoires aller et retour avec 17 équipes. À l’époque, l'Espagne, toujours sous la dictature d'extrême-droite de Franco, refuse de se rendre en Union soviétique et quitte la compétition. L’Union Soviétique remporte le trophée avec un certain Lev Yachine dans les buts face à la Yougoslavie (2-1, ap). La France termine à la quatrième place.

Meilleurs buteurs : François Heutte (France) ; Milan Galic, Drazan Jerkovic (Yougoslavie) ; Valentin Ivanov et Viktor Ponedelnik (Union Soviétique) : 2 buts

1964 – Espagne

1964 - Espagne

Pays hôte : Espagne

Comme lors de la première édition, le tournoi ne débute réellement qu’à partir des demi-finales, après une phase éliminatoire à laquelle 29 équipes participent. Tenante du titre, l’URSS se hisse une nouvelle fois en finale mais c’est l’Espagne qui est sacrée au Santiago Bernabeu devant le président Franco en personne et 124 000 spectateurs (capacité effective au moment de la compétition). Les Espagnols arrachent leur premier titre européen grâce à une superbe tête plongeante de Marcelino Martinez dans les dernières minutes d’une finale accrochée (2-1).

Meilleurs buteurs : Ferenc Bene, Dezsõ Novàk (Hongrie) et Jesùs Maria Pereda (Espagne) : 2 buts

1968 – Italie

1968 - Italie

Pays hôte : Italie

Pour cette nouvelle édition, la compétition change de format. Face au nombre grandissant de pays engagés pour les qualifications de la compétition, l’UEFA décide de mettre en place le système de poules (huit groupes pour 31 participants). Les huit premiers de chaque groupe s’affrontent en quarts de finale aller-retour, avant d’intégrer la phase finale de l’Euro, toujours organisée par l’un des quatre demi-finalistes. Sur cette troisième édition du championnat d’Europe, la finale oppose Italiens et Yougoslaves. À la fin du temps réglementaire, la Squadra Azzura arrache le nul grâce à un coup-franc d’Angelo Domenghini en toute fin de match (1-1). A l’époque, la séance de tirs au but et la prolongation n’existent pas. Cette finale est donc rejouée et voit le premier sacre des coéquipiers de Dino Zoff, grâce à des buts de Gigi Riva et Pietra Anastasi (2-0). À ce jour, c’est la seule finale d’une compétition internationale de football à avoir été rejouée.

Meilleur buteur : Dragan Dzajic (Yougoslavie) : 2 buts

1972 – Allemagne

1972 – Allemagne

Pays hôte : Belgique

La Belgique, pays hôte, est directement qualifiée pour les demi-finales (tableau final), qui ont lieu dans son pays, et affronte l’Allemagne de l’Ouest. Les Diables Rouges, entrainés par un certain Raymond Goetals, sont éliminés dès le premier match face à l’armada allemande, composée notamment de Franz Beckenbauer, Uli Hoeness, Jupp Heynckes ou encore Gerd Müller. La finale oppose la Mannschaft à l’Union Soviétique. L’URSS ne fait pas le poids face à la RFA et son arme fatale Gerd Müller, auteur d’un doublé (3-0). L’Allemagne décroche son premier titre européen.

Meilleur buteur : Gerd Müller (RFA) : 4 buts

1976 – Tchécoslovaquie

1976 – Tchécoslovaquie

Pays hôte : Yougoslavie

Cette cinquième édition du Championnat d’Europe, qui se déroule en Yougoslavie, se dispute toujours avec un tableau final composé de quatre équipes, qui s’affrontent directement en demi-finales. C’est d’ailleurs la dernière fois que le tournoi se dispute avec ce système. Tenante du titre, la RFA affronte la Tchécoslovaquie en finale. Menés 2 à 0, les Allemands arrachent une séance de tirs au but, qui entre à jamais dans l’histoire du football. Si Franz Beckenbauer et sa bande finissent par s’incliner (2-2, 5-3 aux t.a.b.), c’est un certain Antonin Panenka qui se distingue en transformant son tir au but d’une petite et astucieuse pichenette, offrant le titre aux Tchécoslovaques. Son geste portera ensuite son nom à tout jamais. L’autre anecdote de cette rencontre est tout aussi historique puisque cette finale est la première à se terminer par une séance de tirs au but.

Meilleur buteur : Dieter Müller (4 buts)

1980 – Allemagne

1980 – Allemagne

Pays hôte : Italie

Après 1968, l’Italie organise à nouveau l’Euro qui se dispute pour la première fois sur le modèle de la Coupe du monde. Après les phases éliminatoires, huit nations participent au tableau final et sont divisées en deux groupes. Les vainqueurs de ces deux poules s’affrontent directement pour la finale. Cette édition n’est pas un grand succès, avec beaucoup de stades à moitié vide. Si les matches de la compétition ont été peu spectaculaires, la finale offre heureusement un meilleur scénario. Grâce à un doublé, Horst Hrubesch permet à la RFA de Karl-Heinz Rummenigge de décrocher sa deuxième couronne européenne, après avoir dominé la Belgique (2-1).

Meilleur buteur : Klaus Allofs (RFA) : 3 buts

1984 – France

1984 – France

Pays hôte : France

Comme en 1960, la France est désignée pays hôte de cette 7e édition du championnat d’Europe. L’UEFA décide de réintégrer les demi-finales après la phase de poules. A la surprise générale, la RFA, championne d'Europe en titre et vice-championne du monde, se fait éliminer dès le premier tour, tandis que la France survole la compétition et remporte tous ses matches. Ces victoires emmènent les Bleus en finale au Parc des Princes face à l’Espagne. Ce soir-là, Luis Arconada devient tristement célèbre après sa bourde sur un coup franc de Michel Platini, au sommet de son art devant un public français admiratif. Avec également un but de Bruno Bellone, les hommes de Michel Hidalgo offrent à la France son premier trophée majeur en dominant les Espagnols (2-0).

Meilleur buteur : Michel Platini (France) : 9 buts

1988 – Pays-Bas

1988 – Pays-Bas

Pays hôte : Allemagne de l'Ouest

Eliminée en éliminatoires, la France ne peut défendre son titre lors de cette 8e édition de l’Euro. Après sa triste élimination en 1984, la RFA tient à faire un meilleur tournoi, organisé devant son public. Alors que tout le monde les voit tout écraser sur leur passage, les Allemands, emmenés par Franz Beckenbauer à la tête de l'équipe, se font surprendre par le voisin néerlandais. Les Pays-Bas créent la sensation du tournoi en s’imposant en demi-finale pour la première fois depuis 32 ans face à la RFA (2-1), grâce notamment à un but de Van Basten à la 88e. En finale, les « Oranje » croquent l’URSS et décrochent le premier titre de leur histoire. Après un but de Gullit, Van Basten scelle le sort de cette finale d’une reprise de volée acrobatique magistrale. L’un des plus beaux buts de l’histoire du football et qui restera à jamais dans les mémoires.

Meilleur buteur : Marco van Basten (Pays-Bas) : 9 buts

1992 – Danemark

1992 – Danemark

Pays hôte : Suède

La magie de l’Euro réserve parfois de belles histoires. Voici celle du Danemark. Repêchés à la dernière minute pour remplacer la Yougoslavie en guerre, les Danois remportent à la surprise générale la 9e édition du championnat d’Europe, après n’avoir pourtant eu que deux semaines de préparation. En plus privé de Michael Laudrup, fâché avec son sélectionneur, le Danemark joue complètement décomplexé et s’offre successivement des victoires contre les trois derniers vainqueurs de la compétition : la France, les Pays-Bas, et l'Allemagne. Ultra favoris en finale, les Allemands bloquent face au mur danois et se font surprendre par des buts de John Jensen et Kim Vilfort (2-0). Emmenés par un Peter Schmeichel exceptionnel durant le tournoi, les Danois écrivent alors l’un des plus beaux exploits européens.

Meilleurs buteurs : Henrik Larsen (Danemark), Tomas Brolin (Suède), Dennis Bergkamp (Pays-Bas), Karl-Heinz Riedle (Allemagne) : 3 buts

1996 – Allemagne

1996 – Allemagne

Pays hôte : Angleterre

Organisée par l’Angleterre, cette 10e édition du championnat d’Europe voit une nouvelle forme du tournoi, qui est disputé pour la première fois par 16 nations, réparties dans quatre poules. Après avoir écarté en demi-finale l’organisateur anglais, composé de nombreux talents (Paul Gascoigne, Steve McManaman, Jamie Redknapp, Alan Shearer ou encore les frères Neville), l’Allemagne se retrouve une nouvelle fois en finale. Devant les 76 000 spectateurs de Wembley, les coéquipiers de Mehmet Scholl décrochent le troisième titre européen allemand en venant à bout de la vaillante République tchèque, grâce à un doublé d’Oliver Bierhoff, dont un but en or (2-1). La France, désormais emmenée par les Barthez, Thuram, Zidane, Deschamps et Blanc, est éliminée aux tirs au but en demi-finale par ces mêmes Tchèques (0-0, 6-5 t.a.b.)

Meilleur buteur : Alan Shearer (Angleterre) : 5 buts

2000 – France

2000 – France

Pays hôtes : Belgique et Pays-Bas

Co-organisée par la Belgique et les Pays-Bas, cette 11e édition de l’Euro vient confirmer la domination totale de l’équipe de France sur la scène européenne. Deux ans après leur sacre à domicile, les champions du monde 98 remettent ça. Avec à la baguette un Zinedine Zidane magistral, les hommes de Roger Lemerre prennent la deuxième place de leur groupe, composé des Pays-Bas, de la République tchèque et du Danemark. Zidane envoie ensuite sa troupe en finale d’un beau coup-franc en quarts face à l’Espagne (2-1), puis d’un penalty en or à la 117e minute en demies face au Portugal (2-1 b.e.o.). Thierry Henry et compagnie se retrouvent alors en finale face à leur meilleur ennemi, l’Italie. Alors que le destin de la rencontre semble scellé et que les Italiens se dirigent vers leur premier sacre depuis 1968, Sylvain Wiltord égalise à la dernière seconde du temps additionnel. La stupéfaction se lit alors sur le visage du banc de touche de la Squadra Azzura. D’une superbe reprise de volée, David Trezeguet crucifie les Italiens et offre à la France le premier doublé Coupe du monde-Euro de l’histoire.

Meilleurs buteurs : Savo Milošević (Yougoslavie), Patrick Kluivert (Pays-Bas) : 5 buts

2004 – Grèce

2004 – Grèce

Pays hôte : Portugal

Comme le Danemark en 1992, la Grèce fait partie des plus grandes surprises de l’histoire de l’Euro. Après des éliminatoires surprenants, durant lesquels ils enchaînent six victoires consécutives sans prendre de but, les Grecs arrivent au Portugal avec une confiance maximale. Pour leur deuxième participation en phase finale, les Helléniques prennent la deuxième place d’un groupe relevé, composé du Portugal, de l’Espagne et de la Russie. La suite est encore plus belle puisque la bande d’Angelos Charisteas va éliminer tour à tour la France (1-0), tenante du titre, et la République tchèque (1-0 ap) pour se hisser en finale. A Lisbonne, la Grèce fait pleurer tout le Portugal, en privant la sélection nationale d’un titre qui lui semblait destiné. Grâce à une simple tête de Charisteas sur corner, les Grecs mettent fin au rêve de victoire de Luis Figo et ses coéquipiers (1-0).

Meilleur buteur : Milan Baroš (République tchèque)

2008 – Espagne

2008 – Espagne

Pays hôte : Autriche-Suisse

Après 44 ans d’attente, l’Espagne parvient enfin à réécrire son nom sur le palmarès d’une grande compétition. Emmenées par les Casillas, Puyol, Iniesta, Xavi ou Torres, la Roja réussit enfin à exploiter totalement son jeu technique. Les Espagnols impressionnent en Autriche et en Suisse, contrairement à la France, vice-champion du monde, éliminée dès la phase de groupes. Après avoir sorti l’Italie (0-0, 4-2 t.a.b.), puis la Russie (3-0), les hommes de Luis Aragonés se retrouvent face à la montagne allemande, dirigée par les Michael Ballack et Miroslav Klose. Une balle piquée de Fernando Torres fait littéralement exploser toute l’Espagne, qui célèbre son deuxième trophée dans une compétition internationale.

Meilleur buteur : David Villa (Espagne) : 4 buts

2012 – Espagne

2012 – Espagne

Pays hôte : Pologne-Ukraine

Dernière édition à se disputer avec 16 équipes, l’Euro 2012 fait entrer l’Espagne dans la légende de la compétition. Qualifiée d’ennuyeuse au début du tournoi, la Roja monte en puissance au fil des matches. Après le test français en quarts (2-0), les Espagnols s’en sortent aux tirs au but face au Portugal (0-0, 4-2 t.a.b.) pour se hisser en finale. Ils y retrouvent les Italiens, éliminés aux tirs au but quatre ans avant en quarts de finale. Fernando Torres, encore buteur en finale, et ses coéquipiers terrassent la Squadra Azzura (4-0) et signent un triplé historique. Jamais une nation n’était parvenue à remporter trois grandes compétitions majeures de suite. La Roja est également la première équipe à conserver son titre européen.

Meilleurs buteurs : Fernando Torres (Espagne), Alan Dzagoev (Russie), Mario Mandžukić (Croatie), Mario Gomez (Allemagne), Mario Balotelli (Italie), Cristiano Ronaldo (Portugal) : 3 buts