En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
L'Allemagne à genou, l'Espagne euphorique.
 

L’Espagne a remporté son deuxième titre de champion d’Europe après une victoire un but à zéro sur l’Allemagne à Vienne.

Inscrivez-vous à la Newsletter Football

Newsletter Football

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • fredo 73
    fredo 73     

    enfin la technique qui paye sur le réalisme ,bravo aux espagnols.

  • sally
    sally     

    rien a rajouter

  • jerome111
    jerome111     

    L'espagne vient de nous montrer ce qu'est une équipe; c'est le collectif qui fait l'équipe, mais pas les individualités; quand on fonde une équipe sur les mêmes individus qu'on fait jouers chaque fois, ils finissent par s'épuiser, et quand ils épuisent, l'équipent s'écroule car on ne peux plus les remplacer; une équipe, ce n'est pas simplement le 11 de départ, mais c'est aussi le banc des remplaçants; quand on a pas de bons remplaçants, on n'a pas d'équipe; en d'autres termes, une équipe c'est un effectif de 22 joueurs aussi bons sur le plan technique que sur le plan physique; un sélectionneur qui réussit à selectionner 22 joueurs dotés de telles qualités est presque sûr de l'emporter; par exemple si on prend le cas de l'espagne, on voit que tous les éléments de l'effectif sont bons; en un mot quand on a pas assez de joueurs on ne peut rien gagner, quelles que soient les qualités des individualités.

  • mogwai 1er
    mogwai 1er     

    Ca fait plaisr de voir que pour une fois, les meilleurs ont gagné. La finale deja recompensait 2 equipes qui ont tenté de jouer un football toujours porté vers l'avant.
    On peut dire aujourd'hui que l'espagne possede avec les pays bas, et les russes, un des plus beau jeu d'europe.
    Ma seule tristesse ce soir est plutôt de voir un entraineur raciste recompensé. Et le pire, c'est qu'il faut reconnaitre ses choix judicieux : de la liste des joueurs jusqu'à la finale. Mais ça sera quand même le seul espagnol dont je ne salue pas la victoire....
    Donc félicitations à l'espagne et merci pour cette leçon de football...

Votre réponse
Postez un commentaire