Amodio et Joubert, rois d’Europe !

2 opinions
- +

Sacré champion d’Europe pour la première fois de sa jeune carrière, Florent Amodio devance Brian Joubert sur la glace de Berne. Un doublé historique pour les Bleus.


Ce n’est pas du jamais vu mais presque… Deux Français aux deux premières places des championnats d’Europe de patinage artistique, ça n’était arrivé qu’une fois en 1961 avec le tandem Giletti-Calmat. La jeunesse et la fraîcheur d’Amodio qui glane sa première médaille en grand championnat, côtoie avec bonheur l’expérience d’un Joubert tout heureux d’enfiler sa 10e breloque européenne : « J’ai pris beaucoup de plaisir. J’étais plus confiant qu’à l’habitude. Le plus difficile, c’est le froid. On est un peu raide en sortant des coulisses où il fait chaud. Je n’ai pensé qu’aux fondamentaux. Je suis rentré sans me poser de questions. Il fallait faire le ‘taf’», a confié le dauphin du nouveau prodige.

Dumont, son entraîneur : « Né sur terre pour être champion de patinage »

Premier à l’issu du programme court, le jeune (20 ans) Amodio, né à Sobral au Brésil, orphelin adopté avec sa sœur par une famille de la région parisienne, n’a pas craqué malgré l’énorme pression. « C’était très dur de patiner pour la médaille, c’est la première fois que ça m’arrive, avouait-il après son passage sur la glace. Assurer ce programme c’était le principal, il y a eu deux, trois petites erreurs. Je suis tellement heureux, le public était fantastique, je n’entendais même plus la musique…. » Déjà maître de la stratégie, Amodio a préféré ne pas tenter le quadruple saut qui aurait pu définitivement assurer son succès.

Co-entraîneur de la nouvelle perle du patinage tricolore, Annick Dumont ne tarit pas d’éloges sur son poulain : « Il ne ressemble à personne. Florent, du début à la fin il est différent, dans son histoire, dans son patinage, dans son approche avec le public. On dirait qu’il est né pour faire ça. Il a un charisme, on a l’impression qu’il est né sur terre pour être champion de patinage. » Le regard porté vers les Jeux Olympiques Sotchi, le plus dur commence pour Florent Amodio. Désormais attendu, il devra confirmer ce nouveau statut en or.   

Sylvain Reignault