Taiwo paye sa Coupe !

39 opinions
- +

Grâce à un but de son arrière gauche nigérian, partant en fin de saison, l’OM, vainqueur de Montpellier 1-0 au Stade de France, a glané sa deuxième Coupe de la Ligue consécutive. Une première dans l’histoire de la compétition.


Quel beau cadeau de départ. Taye Taiwo, qui quittera l’OM en fin de saison, a offert à son club la Coupe de la Ligue grâce à une frappe décisive du pied droit (80e). Vainqueur 1-0 de Montpellier en finale au Stade de France, Marseille conserve son bien. C’est la première fois dans l’histoire de cette compétition qu’un club s’impose deux années de suite. L’équipe de Didier Deschamps en profite aussi pour remporter un premier titre cette saison. « Il y a eu beaucoup de caractère, beaucoup de courage, lâche à chaud Didier Deschamps au micro de France 2. C’est une super récompense pour les joueurs. On a beaucoup parlé du manque d’engouement mais je crois que beaucoup de gens sont contents ce soir. »

Ce trophée est très important alors que le sprint final en championnat se poursuit dès mercredi contre Nice. « On toutes nos chances, avance Jean-Claude Dassier, le président de l’OM. Un point de retard ou d’avance sur Lille, ça ne change pas grand-chose. Ce que je peux dire, c’est que j’ai vu les joueurs dans le vestiaire. Ils sont comblés de joie d’avoir arraché cette victoire. On a la rage au ventre ! Le titre il va falloir aller nous le chercher. Maintenant, c’est tout pour le championnat. » Mais à l’image de cette saison, la victoire n’a pas été évidente. Et face à une équipe montpelliéraine déterminée et rugueuse, comme la semaine passée en championnat (1-2), le spectacle en a forcément pâti.

 

Dassier : « On a la rage au ventre »

Le ton est donné d’entrée de jeu avec un contact rugueux entre Stambouli et Gignac (2e). Le premier d’une très longue série. Trois minutes plus tard, Stéphane Mbia, se blesse tout seul à la cuisse. Sérieusement touché, le joueur phocéen, positionné au milieu de terrain, doit quitter ses partenaires dès la 4e minute. Le coup est très dur pour l’OM, notamment dans la course pour le titre. « Je crains que nous l’ayons perdu pour au minimum trois semaines », indique Dassier. Déjà privé de Rémy, suspendu, Didier Deschamps doit composer sans son précieux Camerounais, remplacé par Charles Kaboré. Un changement qui ne bouleverse pas la physionomie d’une rencontre d’avantage rythmée par les coups et les sifflets incessants d’Antony Gautier, l’arbitre de cette finale, que les par les gestes techniques et les occasions de but. A la demi-heure de jeu, Mathieu Valbuena fait parcourir un premier frisson dans les tribunes du Stade de France. Mais sa frappe légèrement déviée par Yanga-Mbiwa heurte le poteau droit de Laurent Pionnier (32e).
Une nouvelle fois peu convainquant dans le jeu, l’OM revient avec d’autres intentions après la pause. Effacé en première mi-temps, André Ayew s’illustre avec deux têtes qui mettent en danger Pionnier (46e, 58e). Deux avertissements sans frais, avant le but de Taiwo. Sur un coup franc de Cheyrou mal négocié par la défense montpelliéraine, le Nigérian adresse une frappe du droit qui fait mouche (1-0, 80e). « Il n’y a pas eu de miracle, constate Coach Courbis. Montpellier a baissé d’un cran en deuxième mi-temps » Les supporters olympiens, eux, peuvent exploser de joie. Mais comme le répète souvent Didier Deschamps, seule la victoire est belle.

AB