Bordeaux sombre, Tigana démissionne

94 opinions
- +

La défaite cauchemardesque de Bordeaux face à Sochaux (4-0) a eu pour conséquence immédiate la démission de Jean Tigana, dont la fille a été agressée verbalement en tribune. Bordeaux est en crise. Profonde.


A l’heure d’expliquer la déroute, certains Girondins invoqueront peut-être la théorie du trou noir. Ces 30 premières minutes d’oubli au cours desquelles ils ont encaissé quatre buts par Ideye (9e, 30e), Perquis (11e) et Boudebouz (22e), ont eu pour conséquence la démission brutale de l’entraîneur Jean Tigana. A l’issue de la rencontre, l’ancien membre du carré magique est apparu en conférence de presse flanqué du président Jean-Louis Triaud. « C’est une soirée désastreuse pour le club et pour moi, a déclaré Tigana. Ma fille a été agressée dans les tribunes. Déjà qu'elle a des problèmes à l'école… Si les gens pensent dans les tribunes que le problème, c'est Jean Tigana, au point d'agresser une petite de seize ans, ça devient dramatique pour moi. Le football ce n'est pas ça. Il y a déjà assez de problèmes dans le monde comme ça, et je ne veux pas en créer d'autres aux Girondins de Bordeaux. » Très marqué, le coach a ajouté dans la foulée : « C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase, je démissionne. C’est ma dernière conférence de presse. »

Triaud : « Jean est un homme fidèle et loyal »

Visiblement surpris par cette déclaration, Jean-Louis Triaud a d’abord déclaré vouloir prendre le temps de la réflexion pour accueillir cette demande, la quatrième de la saison, avant d’ajouter à propos de son entraineur : « Jean est un homme fidèle et loyal. Ce n'est pas quelqu'un qui fait la comédie pour qu'on le plaigne. Quand une petite de seize ans subit dans les tribunes ou à l'école la vindicte populaire, le football est malade et le père de famille se doit de réagir. Ca n'a pas bien marché mais ni ses qualités d'homme ni d'entraîneur ne sont en cause. Des fois ça prend, des fois ça ne prend pas. Je pense que l'on aurait continué ensemble sans cette soirée. » Interrogé un peu plus tard, le capitaine bordelais Alou Diarra n’a pas caché son incompréhension dans un premier temps : « J'attends plus d'explications. Démissionner à ce moment de la saison, à quatre journées de la fin, est ce nécessaire ? ». Une posture bouleversée par l’évocation des insultes proférées à l’encontre de la fille de Tigana.

Pire défaite depuis 1946

La cruauté des chiffres enfonce un peu plus cette soirée cauchemardesque. Il faut en effet remonter à… 1946 et une fessée 0-6 des pieds du Racing de Paris pour trouver trace d’une semblable déroute à domicile. « Depuis deux saisons on bat les records historiques, je n'ai jamais vu ça ici en seize ans de présence, se désole Triaud. Tous les termes qui pourront être choisis pour fustiger ce résultat seront les termes adéquats. » Bordeaux désormais 9e, voit s’envoler ses espoirs d’Europe et va devoir se pencher sur la succession de son entraîneur. Pour l’instant, une solution en interne serait privilégiée. Preuve du désarroi complet des dirigeants, un sondage a été mis en ligne sur le site officiel du club une heure à peine après la fin du match : « Quelle est la meilleure solution après le départ de Jean Tigana ? » 

SR
Les cotes des prochains matchs avec PMU.fr
Ligue 1 - 34e journée
18/04
20:30
St-Etienne 1,6 3,4 5,4 Rennes Je parie
20/04
14:00
Monaco 1,32 4,2 8,5 Nice Je parie
20/04
17:00
Reims 2,25 3,1 3 Sochaux Je parie
20/04
17:00
Bastia 1,74 3,3 4,8 Ajaccio Je parie
20/04
17:00
Bordeaux 1,95 3,15 3,6 Guingamp Je parie
20/04
17:00
Lorient 2,25 3 3,1 Montpellier Je parie