Prudhomme : « On ne peut pas refuser Contador »

18 opinions
- +

A moins de deux semaines du départ en Vendée, le directeur de la Grande Boucle revient pour RMC SPORT sur le cas de l'Espagnol, positif au clenbutérol lors du Tour 2010. Christian Prudhomme estime que l’UCI et le TAS n’ont pas pris leurs...

Christian Prudhomme lors de la présentation du Tour de France 2011

Christian Prudhomme lors de la présentation du Tour de France 2011

Christian Prudhomme, en tant que directeur du Tour de France, avez-vous le droit de refuser la venue d’Alberto Contador ?

Non. On nous a dit qu’il a été blanchi par sa fédération. On était dans une logique où il devait être jugé pendant le Tour mais nous ne l’apprenons qu’à la fin du mois de mai. Ce sont les plus hautes instances du monde du sport qui nous disent, finalement, on verra après le Tour de France. Il n’en reste pas moins que c’est une incompréhension qu’un an après, nous n’ayons toujours pas de réponse et qu’il faille attendre après le Tour de France pour avoir les réponses. Il y a un décalage horaire incroyable entre le monde du sport médiatique et celui de la justice sportive.

Est-il difficile d’interdire un coureur soupçonné de dopage à participer au Tour de France ?

C’est anormal que nous n’ayons pas de réponse concernant cette affaire (Ndlr, l’Espagnol a été contrôlé positif au clenbutérol sur le Tour de France, le 21 Juillet 2010 à Pau. Son cas sera examiné en août par le TAS). Depuis des mois le Tribunal Arbitral du Sport indiquait qu’une réponse arriverait avant le Tour de France. Une audience a été fixée du 6 au 8 juin et naturellement, nous attendions une réponse à ce moment là.

Un Tour de France avec ou sans Contador a-t-il la même saveur ?

Ce sont les coureurs qui font le Tour au moment de la compétition et en fonction du parcours. On aurait souhaité l’accueillir en sachant qu’il était blanchi définitivement. Pendant des mois, je n’ai pas pu imaginer le contraire d’autant plus que les dates étaient fixées. Le changement de date a été accepté par les trois arbitres du TAS. C’est tout le monde du sport qui a accepté sachant que le Tribunal Arbitral du Sport est une émanation du Comité International Olympique.

Craignez-vous l’accueil du public français ?

J’étais plus inquiet pour Armstrong il y a deux ans quand il est revenu à la compétition. Les gens trouvent Contador plutôt sympathique.