Nasri, un Bleu « made in OM »

10 opinions
- +

Samir Nasri a grandi et s’est affirmé, chez lui, à Marseille. A 24 ans, le joueur sacré champion d’Angleterre avec Manchester City sera un peu le représentant de l’âme phocéenne lors de l’Euro 2012. Portrait.


Les joueurs formés à l’Olympique de Marseille ont souvent brillé par leur absence lors des grandes compétitions internationales. Mais les temps changent. En Ukraine, lors du Championnat d’Europe des nations qui débute ce vendredi 8, deux « minots » issus du centre de formation phocéen défendront les couleurs de la France. Troisième gardien tricolore, Cédric Carrasso, le plus âgé (30 ans), aura un rôle plus important à jouer dans le vestiaire que sur la pelouse. Samir Nasri, lui, sera l’un des joueurs très attendus de l’équipe de Laurent Blanc. Il fêtera ses 25 ans le 26 juin, c’est-à-dire deux jours avant la deuxième demi-finale de l’Euro. Celle des Bleus ? Blanc compte en tout cas sur lui pour emmener les Tricolores sur la route de Varsovie, où se déroulera cette demi-finale.

Si Samir Nasri tarde à s’imposer avec le maillot bleu, son ascension n’est pas surprenante. Dans le quartier de la Gavotte-Peyret, à Septèmes-les-Vallons, où elle trouve ses racines, personne n’est étonné. Freddy Assolen, recruteur à l’OM, n’a pas oublié ce petit garçon qui a tant de fois rappelé Zinedine Zidane : « A 10 ans, il était au-dessus de la moyenne techniquement, se souvient l’observateur marseillais. Il avait surtout un mental à toute épreuve. Il était très intelligent. Il savait où il voulait aller. Et la chose la plus importante est qu’il avait ses parents derrière lui. »

Le coup de pouce d’Anigo

Son père, Abdelhafid Nasri, jouera effectivement un rôle essentiel à ses débuts. « Quand Samir commence à percer à l'OM, c'est toujours le papa qui l'amène et retourne le chercher aux entrainements, raconte un dirigeant. Samir a été très entouré, très protégé. Heureusement, car il avait aussi beaucoup de succès avec les filles. Pendant que ses copains partaient avec leur grosse voiture, lui quittait l'entrainement avec son papa. »
Des benjamins jusqu’à son premier match avec l’OM, à Sochaux, le 12 septembre 2004, Nasri démontre surtout que l’OM, réputé pour ses stars, sait aussi former d’excellents joueurs. « On sait faire, appuie Assolen. Le souci, c’est qu’à l’époque, nos jeunes ne jouaient pas beaucoup en équipe première. Grâce à José Anigo qui est passé du centre de formation à l’équipe première, les jeunes ont pu jouer. Ça nous a donné un coup de pouce. »
S’il a quitté Marseille depuis déjà quatre ans, Nasri revient régulièrement dans la région pour voir ses amis et sa famille, désormais installée dans une villa près d'Aix-en-Provence. Après l’Euro, le joueur sacré champion d’Angleterre avec Manchester City se verrait bien revenir avec un deuxième titre en poche.

 

Aurélien Brossier avec FG