Benzema : « Ménez est un très grand joueur »

Votre opinion
- +

Double passeur décisif vendredi soir contre l’Ukraine (2-0), à défaut d’avoir ouvert son propre compteur de buts à l’Euro, l’attaquant des Bleus était très heureux pour son ami de l’équipe de France.

Karim Benzema

Karim Benzema

Karim, cette victoire contre l’Ukraine fait-elle du bien ?

Oui. C’était important de gagner. On est tous satisfaits du résultat de ce soir (vendredi). On n’a pas encaissé de but. Et on a pris les trois points.

Vous avez l’air heureux…

Tout le temps ! Ça faisait un moment qu’on n’avait pas gagné dans un championnat d’Europe ou une Coupe du monde. On est tous très fiers de ce résultat.

Comment avez-vous trouvé l’équipe ?

On a tous fait un bon match. On a joué ensemble, on a eu des occasions. Il y a eu du jeu. On les a bien fatigués. On avait la maitrise du ballon. Il faut continuer.

Vous avez donné deux passes décisives…

C’est toujours bien de marquer ou de faire marquer. Je suis content. Mais tout le monde a fait un très bon match.

Est-ce la même joie que pour un but ?

Ce n’est pas totalement pareil. Mais ça fait plaisir. J’aime bien participer au jeu. En plus, c’est Ménez qui a marqué, c’est mon pote. Je suis content pour lui et aussi pour Yohan (Cabaye). Mais ce n’est pas pareil qu’un but.

« On souffle, bien sûr »

Vous étiez déçu en sortant…

Oui, mais plus parce que j’ai pris un coup au tibia. Il y a un autre match derrière, il faut faire tourner. D’autres joueurs doivent jouer. C’est un petit coup, ce n’est rien.

Que pensez-vous de la performance de Jérémy Ménez ?

C’est bien. Je pense qu’il pourrait marquer encore plus de buts si dans sa tête, il se mettait plus d’objectifs. C’est un très, très grand joueur. Je suis sûr qu’il va encore monter en puissance dans cet Euro. Il a manqué deux ou trois occasions mais il n’a rien lâché. Et il a marqué le but qu’il fallait.

Avez-vous été aidé par le fait que Samir Nasri joue derrière vous ?

On sait qu’il peut jouer derrière l’attaquant. Il a joué plus haut. C’était beaucoup mieux. Je pouvais faire plus d’appels en profondeur, libérer des espaces. C’était important qu’il soit un peu plus proche de moi.

Est-ce un poids en moins sur les épaules des Bleus ?

On souffle, bien sûr. Il fallait cette victoire, qui était très importante. C’est toujours beaucoup de bonheur quand on rentre à l’hôtel. Tu sais que tu vas bien dormir parce que tu as pris quatre points en deux matchs.

Avez-vous un pied en quarts de finale ?

Je ne sais pas. Il ne faut pas se projeter. On est bien. Il reste un match. On a notre destin entre nos mains. Il ne faut pas perdre. Il faut continuer à jouer comme on l’a fait ce soir (vendredi).

Propos recueillis par Jérôme Sillon