La charnière responsable, mais pas coupable

Votre opinion
- +
François Trinh-Duc

François Trinh-Duc

« Ils ont eu des intentions, ils se sentaient bien, ils sentaient qu'on pouvait marquer », a expliqué ce dimanche Philippe Saint-André, couvant sa charnière formée de Morgan Parra à la mêlée et de François Trinh-Duc à l'ouverture, concédant tout de même que ceux qui avaient commis des erreurs avaient bien plus de trois ou quatre sélections. Renvois en cause, choix de jeux à la main au lieu du pied et problème d'alternance sont les manquements pointés du doigt par le sélectionneur, autant de prérogatives de la charnière. « On manquait de temps pour préparer la série de tests, le choix de cette charnière me paraissait le plus cohérent », a expliqué le sélectionneur. Vincent Machenaud, le demi de mêlée, ex-agenais et néo-racingman, et Frédéric Michalak, ouvreur des Natal Sharks et futur Toulonnais, frappent à la porte de la charnière.

LD, en Argentine