Nasri au centre des débats

76 opinions
- +

Buteur contre l’Angleterre, Samir Nasri est également un des protagonistes de l’altercation verbale au soir du match contre la Suède. Le cas du Citizen pose question.

Samir Nasri et Alou Diarra

Samir Nasri et Alou Diarra

Il est celui par qui le clash est arrivé. Quelques minutes après la défaite contre la Suède, Samir Nasri et Alou Diarra s’expliquent verbalement. Pas de coup, mais des mots durs entre le milieu de terrain de Manchester City et celui de Marseille. Diarra n’est d’ailleurs pas le seul à ouvertement critiquer l’ancien Gunner. Car depuis quelques jours, Nasri cristallise l’attention autour de lui. Il y a d’abord eu cette célébration plus que douteuse du but égalisateur contre l’Angleterre*. Puis il y a eu ses excès d’individualisme contre la Suède. Certains lui auraient même reproché d’avoir simulé une blessure pour expliquer quelques mauvais choix contre les Suédois.

Le lendemain du match, Nasri est d’ailleurs le seul joueur à ne pas avoir essayé de s’entraîner, préférant soigner son genou droit douloureux à l’abri des objectifs, des photographes et cameramen invités à filmer le décrassage. Dans le staff, on botte en touche au moment d’évoquer le sujet : « J’ai l’impression que, dans une équipe, il en faut toujours un dans le viseur, note Alain Boghossian. Mais Samir est assez fort mentalement pour accepter ces critiques. Il en a fait les frais aussi à Manchester City lors de son arrivée. Mais il a su rebondir. A lui de nous démontrer qu’il n’est pas touché et d’être à son meilleur niveau pendant les matches. » A condition que le staff lui en donne les moyens.

Blanc et Gasset ont reçu Nasri

Seul joueur avec Karim Benzema et Philippe Mexès à avoir jusqu’à présent débuté toutes les rencontres depuis le début de la préparation, il pourrait ne pas commencer le quart de finale. Il se murmure en effet que le cas du milieu de terrain est au centre de toutes les préoccupations du staff technique. Pour autant, Nasri, qui s’était longuement entretenu à plusieurs reprises avec Noël Le Graët après son épisode anglais, continue de bénéficier de la confiance du président de la FFF qui avait volé au secours de l’ancien Marseillais sur RMC Sport mercredi. Mais qu’en est-il de Laurent Blanc, avec qui Nasri échange beaucoup lors des séances d’entraînement ? Le sélectionneur et son adjoint Jean-Louis Gasset se sont d'ailleurs entretenus avec le joueur ce mercredi après-midi, au centre d'entraînement de Kirsha.

L'ancien défenseur central se trouve ainsi devant une équation à résoudre. L’épisode de mardi aura-t-il des conséquences sur l’ambiance du groupe ? Peut-on se passer d’un joueur champion d’Angleterre et capable de débloquer la situation ? Nasri peut-il enfin recoller les morceaux avec ses coéquipiers ? D'autant que beaucoup d'entre eux ont stigmatisé son côté ''insupportable''. « Il a toujours eu la même attitude et la même façon de jouer en tout cas, note Grégory Coupet. Quand il sort du terrain, aucun joueur, coéquipier, aucune personne du staff ne lui tend la main, ne le calcule. Lui n’a aucun regard pour ses coéquipiers, ni le staff. Forcément tu te dis qu’il y a un malaise. C’est un joueur qui a du caractère, qui se sent fort. Il sait ce que c’est que d’avoir des tensions. Je pense que c’est un joueur qui sans son caractère ne serait pas arrivé si haut. C’est peut-être aussi sa force donc il faut l’accepter. » A lui de la mettre au service du collectif.

* Après avoir marqué, Nasri avait mis son doigt devant la bouche et adressé « un ferme ta g… » à un confrère.  

Selon nos informations, des joueurs de l’équipe de France ont clairement décrié la présence de clans dans le vestiaire entre les « riches » et les autres. Il existe une vraie fracture « sociale » chez les tricolores. D’un côté, un groupe composé de Clichy, Lloris, Cabaye, Debuchy et Rami. De l’autre, un groupe avec Ribéry, Benzema, Ménez, Ben Arfa, Martin, Nasri et Evra, dont les affinités sont assez fortes. Dans ce 2e « clan », certains considèrent qu’ils ont prouvé, notamment grâce à leur expérience internationale. Ces joueurs passent beaucoup de temps ensemble, surtout le trio Ribéry-Benzema-Ménez.

Si Samir Nasri est au cœur de la polémique, un autre joueur cristallise les critiques. Il s’agit d’Olivier Giroud, décrit comme arrogant par certains mais ayant le soutien de la majeur partie du groupe. Selon un proche d’un joueur, « Giroud est dans une situation qui arrive souvent dans une équipe. Il pense qu’il peut faire du bien à l’équipe de France et ne comprend sans doute pas pourquoi il ne joue pas, alors que certains ne mouillent pas le maillot. » Ambiance…

@RMCsport sur Twitter

RMC Sport sur Facebook

Mais aussi toute la Dream team foot RMC Sport :

Rolland Courbis sur Facebook

Rolland Courbis sur Twitter (@CoachCourbisRMC)

Luis Fernandez sur Facebook

Luis Fernandez sur Twitter (@Luis_RMC)

Jean-Michel Larqué sur Facebook

Jean-Michel Larqué sur Twitter (@LarqueFoot)

@AfterRMC sur Twitter

L'After sur Facebook

 

Pierrick Taisne (avec JR, JS et MBo)