Quand le mercato trouble les Bleus…

Votre opinion
- +

L’incertitude concernant l’avenir en club de certains joueurs de l’équipe de France dérange Claude Onesta. Le sélectionneur des Bleus les a d’ailleurs rappelés à l’ordre, à 34 jours des Jeux Olympiques.

Xavier Barachet

Xavier Barachet

Claude Onesta a mis en garde ses joueurs. Actuellement réunis à la Toussuire (Savoie), où ils préparent les JO de Londres, les champions olympiques doivent rester focalisés sur cet événement. Pas facile pour certains internationaux dont l’avenir en club est encore flou. Voilà pourquoi le sélectionneur national a rappelé quelques fondamentaux lors d’un discours en début de stage. En clair : il serait préférable que chacun des Tricolores ait trouvé un point de chute rapidement pour  la saison prochaine. « J’espère que les agents, dynamiques et hyper présents tout au long de l’année, seront efficaces, avance-t-il. On a besoin qu’ils travaillent bien et surtout vite. »

Depuis que les Qataris ont racheté le Paris Handball, les rumeurs enflamment le marché des transferts. Et certains joueurs de l’équipe de France sont encore dans l’expectative. Dérangeant ? « Cela ne pèse pas sur notre quotidien mais sur les joueurs qui sont dans le doute, poursuit Onesta. Au fond d’eux-mêmes, il y a un peu d’instabilité et d’inquiétude. Ça a un effet sur leur rayonnement, leur état d’esprit. J’espère que ces problèmes seront résolus rapidement. Et qu’ils pourront vite identifier leur destination. »

Dinart : « C’est un peu chacun pour soi »

D’autant qu’il s’agit de joueurs majeurs. Alors que Didier Dinart (Atletico Madrid) s’engagera très prochainement avec le nouveau Paris Handball, Luc Abalo (Atletico Madrid) est lui aussi dans la ligne de mire du club de la capitale. Quant à Xavier Barachet (Chambéry), après avoir été courtisé par Paris, il a finalement décidé de rejoindre l’Atletico Madrid. Du côté des joueurs, on assure que ses tractations en coulisse ne perturbent pas le stage de préparation.

« On est là pour courir et jouer au handball, lâche Didier Dinart. Le championnat de France, on verra plus tard. Les horizons, c’est un peu chacun pour soi. » « Chacun doit trouver une solution le plus rapidement possible pour se projeter à 100% sur la compétition, reprend, en bon capitaine, Jérôme Fernandez. Ce sera plus facile à vivre au jour le jour. » L’équipe de France disputera vendredi son premier match de préparation, à Londres, face à la Grande-Bretagne.

Aurélien Brossier avec Patrick Plaisance