Sagan, une entrée fracassante

3 opinions
- +

Peter Sagan a remporté la première étape du Tour 2012 ce dimanche à Seraing (Belgique). Le prodige slovaque, qui découvre la Grande Boucle cette année, s’est imposé devant Fabian Cancellara. Le Suisse conserve son maillot jaune.

Peter Sagan

Peter Sagan

Il a débarqué avec une étiquette de future star du cyclisme mondial. Un statut que Peter Sagan a justifié dès la première étape du Tour 2012. Le prodige slovaque de 22 ans s’est imposé ce dimanche avec autorité au sommet de la côte de Seraing (Belgique). Le coureur de Liquigas a profité de la percée de Fabian Cancellara (RadioShack) dans l’ascension finale pour s’offrir au sprint la première victoire de sa carrière sur le Tour de France. Bien calé dans la roue du Suisse, qui termine 2e de l’étape et conserve son maillot jaune, Sagan a fourni son effort dans les derniers mètres.

Une accélération qui a laissé sur place ses principaux rivaux, à l’image du Norvégien Edvald Boasson-Hagen (Sky), 3e, et du Belge Philippe Gilbert (BMC), 4e. « Sagan a fait preuve d’un grand sang-froid, glisse Cyrille Guimard. Il s’est gardé une marge de sécurité par rapport au peloton. A partir du moment où il s’est trouvé dans la roue de Cancellara, il ne pouvait plus perdre l’étape ». Après avoir débuté par le VTT et le cyclo-cross, le champion de Slovaquie fait une entrée fracassante sur les routes de la Grande Boucle.

Favori pour le maillot vert

En signant son 14e succès de la saison, Sagan s’offre le maillot vert du meilleur sprinteur, grâce à sa deuxième place du classement derrière Cancellara. Une tunique qu’il devrait lorgner jusqu’à l’arrivée sur les Champs-Elysées le 22 juillet. « Il va continuer à marquer des points là où les autres sprinteurs ne pourront pas en marquer, assure Guimard. Il sera sans doute dominé dans les arrivées sur le plat. Mais il va rester au contact. Et là où il pourra faire le break, il le fera. » Le puncheur polyvalent, désormais 23e au classement général, s’annonce comme l’un des hommes forts de ce Tour 2012.

Un Tour dont la première étape, dans l’ensemble assez lente, a longtemps été animée par une échappée de six coureurs. Partis dès le premier kilomètre à Liège, le groupe comprenant quatre Français (Yohann Gene (Europcar), Maxime Bouet (AG2R-La Mondiale), Nicolas Edet (Cofidis) et Anthony Delaplace (Saur-Sojasun)) a été repris à 10 km de l’arrivée. De quoi laisser le champ libre à Sagan et ses jambes de feu. Vainqueur du Tour de Pologne l’an passé et 4e du dernier Milan-San Remo, le Slovaque a écrit la plus belle ligne de son jeune palmarès. Et ce n’est sans doute qu’un début.

Alexandre Jaquin