Cammas sur le toit du monde

Votre opinion
- +

Franck Cammas et ses boys de Groupama 4 ont remporté dans la nuit de lundi à mardi la Volvo Ocean Race, à Galway (Irlande). 27 ans après Lionel Péan, il est le second français à gagner le tour du monde à la voile par étapes en équipage.

Franck Cammas

Franck Cammas

Alors qu’il ne leur suffisait que d’une 4e place pour s’adjuger la victoire, Franck Cammas et son équipage de Groupama 4 ont mis du panache dans leur succès en s’adjugeant la 2e place de la 9e étape. Les Français ont été devancés par les Néo-Zélandais Camper, qui terminent deuxièmes au classement général. Partis d’Alicante (Espagne) le 29 novembre 2011, les six bateaux concurrents se sont affrontés pendant plus de huit mois sur l’eau. Une épreuve qui demande beaucoup plus de temps et d’efforts, comme l’explique le skipper français : « C’est finalement un peu le vide après trois ans d’efforts. On a pensé qu’à ce moment-là et on n’a jamais pensé au reste. »

Déjà vainqueur de la Route du Rhum et recordman du trophée Jules Verne en 2010 (record détenu du 20 mars 2010 au 6 janvier 2012), Franck Cammas est un marin hors-pair. Son navigateur sur Groupama 4, Charles Caudrelier, dépeint un leader extrêmement talentueux : « Il a un talent immense et surtout, une volonté hors norme. Il n’abandonne jamais, il est toujours concentré et pousse tout le monde vers le haut. »

Hommage à Eric Tabarly

A peine arrivé sur la terre irlandaise de Galway, Franck Cammas n’a pas oublié de dédier cette victoire à son héros de jeunesse, Eric Tabarly. « Le premier livre que j’ai lu, c’était ‘Le Tour du monde d’Eric Tabarly’. Participer à cette épreuve, c’était un rêve. Alors gagner, je n’y pensais même pas », raconte ému le champion. C’est grâce à Eric qu’on est tous là, les Français, les architectes… On fait tout ça un peu pour lui. »

Malgré l’heure tardive, des dizaines de milliers de spectateurs ont accueilli les bateaux. Un accueil auquel ne s’attendaient pas les marins français. « Il n’y avait pas de mots à bord, ce sont des bonheurs discrets. On a vraiment réalisé là, en arrivant dans le port avec autant de monde. On partait de loin et là d’un coup ça explose en bonheur. C’est fort ! », décrit Thomas Coville, fidèle lieutenant de Cammas. Maintenant que c’est fini, on va pouvoir arrêter notre carrière là, mais je n’ai pas envie d’arrêter. »

 

*Il reste une dernière étape « In-port » samedi dans le port de Galway (Irlande). Les français disputeront cette épreuve sans pression, assurés de finir premier dans tous les cas, dans ce qui est considéré comme l’Everest de la Voile. Franck Cammas succède au Brésilien Torben Grael, lauréat en 2008-2009, sur le voilier suédois Ericsson 4.

Arthur Didier avec Rodolphe Massé