Dhorasoo : « Je n’aurais jamais rendu mes primes »

43 opinions
- +

Ancien international tricolore, Vikash Dhorasoo a accepté de commenter les mesures annoncées par Noël Le Graët, le président de la FFF, à l’encontre des Bleus. Des mesures qu’il juge parfois « populistes ».

Vikash Dhorasoo

Vikash Dhorasoo

Que vous inspirent les déclarations de Noël Le Graët ?

C’est une réponse à l’opinion et au monde amateur. Il ne faut pas oublier qu’il y a une réélection en jeu pour Noël Le Graët. J’aurais bien aimé savoir ce qu’il aurait été, si l’équipe de France avait battu l’Espagne et était allée en finale de l’Euro. Est-ce qu’il aurait puni les joueurs ? Je ne pense pas. Dans la défaite tout va mal, et dans la victoire tout va bien. On peut le voir avec l’Italie, par exemple. Cassano a tenu des propos homophobes, Balotelli, il y a quinze jours c’était un sale type et d’un seul coup, dès qu’ils ont gagné, c’est devenu des supers mecs. Je trouve que c’est un peu facile.

Quelle est votre réaction concernant les incidents dans les vestiaires, à la suite de Suède-France (0-2) ?

Tout le monde sait que dans un vestiaire, ça arrive tout le temps. Le football, c’est comme ça, on ne s’embrasse pas sur la bouche. Il n’y a rien de grave qui s’est passé à mon sens. C’est à l’entraîneur de gérer et j’imagine qu’il a fait comme il pouvait. Quand Michel Platini dit : « Si moi j’avais été suspendu à chaque fois que j’insultais un journaliste, je n’aurais pas beaucoup joué », je trouve que c’est n’importe quoi.

Geler les primes de tous les joueurs de l’équipe de France, est-ce la bonne sanction ?

Non, ce n’est pas une bonne idée. Le gel des primes, c’est complétement populiste. Moi, si j’avais été dans cette équipe et même à Knysna, je n’aurais jamais rendu mes primes. J’ai signé un contrat, c’est conclu à l’avance, il faut le respecter. Ce n’est pas parce qu’on rend nos primes qu’on devient un exemple. Je ne vois pas le rapport. On n’est pas blanchi parce qu’on donne de l’argent. Ce n’est pas parce qu’ils rendent leur argent, que c’est des mecs biens.

Comment voyez-vous l’avenir de l’équipe de France ?

C’est compliqué car l’équipe de France n’a pas vraiment avancé depuis quelques années. Il faudrait que tout le monde pense collectif et pas seulement les joueurs. Quand je dis ça, je pense au public, aux journalistes et aux dirigeants de la fédération. Il faudrait qu’ils se mettent tous dans le même bateau et qu’ils travaillent ensemble pour redorer le blason de l’équipe de France. Ce n’est pas qu’aux joueurs de faire ça.

On parle beaucoup de Didier Deschamps comme futur sélectionneur, est-ce un bon candidat selon vous ?

Deschamps, c’est pour tout le monde le client idéal parce qu’il est champion du monde. Je n’en suis pas sûr. On a déjà eu un grand champion avec Laurent Blanc, et on a vu que tout ne se passe pas forcément très bien.