Tsonga devient un taulier

3 opinions
- +

Malgré plusieurs interruptions et la perte du premier set, Jo-Wilfried Tsonga s’est imposé face à Mardy Fish (4-6, 7-6, 6-4, 6-4), ce mardi à Wimbledon. Il disputera les quarts de finale d’un Grand Chelem pour la huitième fois de sa carrière.

Jo-Wilfried Tsonga

Jo-Wilfried Tsonga

A plusieurs titres, Jo-Wilfried Tsonga a confirmé, ce mardi, sa régularité au plus haut niveau du tennis mondial. Face à Mardy Fish, le Français a dû composer avec les éléments  pour s’imposer (4-6, 7-6, 6-4, 6-4) après trois coupures (une lundi, deux mardi) dues à la pluie et renverser une situation compromise après la perte du premier set. Avec ce nouveau succès, le Manceau garantit sa place en quarts de finale d’un Grand Chelem pour la huitième fois de sa carrière, la troisième année de suite à Wimbledon. « Je suis super heureux. Tous les gens pensent que c’est normal que je me qualifie mais quand on est dans le jeu, on sait que chaque match est isolé, rappelle-t-il. Perdre un match, ça peut arriver à n’importe qui, on l’a bien vu avec Rafa ici au deuxième tour. Il faut rester concentré constamment. »

Mercredi, le cinquième joueur mondial affrontera l’Allemand Philip Kohlschreiber (30e à l’ATP), qu’il a battu deux fois en 2012. Une opposition davantage à sa portée que Roger Federer, son adversaire en 2011, qu’il avait fait tomber au même stade au terme d’un match héroïque. « Ça ne change rien, assure-t-il fermement. S’il y avait eu Rafa (Nadal, ndlr) dans cette partie de tableau, j’aurais abordé le match de la même façon en me disant que je pouvais gagner. » Mais l’Espagnol n’est plus là et Tsonga dispose d’une belle occasion d’atteindre les demi-finales de Wimbledon une deuxième année de suite.

Tsonga : « Je ne joue pas un tennis exceptionnel »

« Je me méfie beaucoup de Kohlschreiber pour justement ne pas tomber dans le piège. Chaque match est difficile, chaque joueur vient pour gagner, rappelle-t-il. Il ne faut rien prendre à la légère. Mon job est de jouer mon meilleur tennis. » Sa présence répétée dans le Top 8 des tournois du Grand Chelem lui apportera tout de même certaines assurances dans la gestion des matches. Notamment en comparaison de Richard Gasquet, son compatriote, quasiment ncapable de passer cette étape (12 éliminations sur 13).

Pourtant, Tsonga s’en défend. « Je ne joue pas un tennis exceptionnel pour le moment mais j’espère que ça va venir, juge-t-il. Je n’ai pas joué 350 huitièmes de finale non plus. J’en ai joué plus que lui mais dans ce genre de matches, je ne pense pas que ça comptera. » La fraicheur physique sera peut-être un facteur même si, de ce point de vue, les deux joueurs, qui ont conclu leur huitième de finale ce mardi, seront sur un pied d’égalité. Jo-Wilfried Tsonga ne changera pas sa recette : « Je vais m’appuyer sur mes armes c’est-à-dire le service et ma présence physique sur le court. Des fois je m’agace mais là, il n’y a pas de raison que je ne sois pas à fond. » Ni qu’il manque l’occasion d’accéder à une deuxième demi-finale d’affilée à Wimbledon.

Patrice Dominguez, membre de la Dream Team RMC et ancien DTN de la Fédération française de tennis, est impressionné par le niveau de jeu du meilleur joueur français. « Tsonga n’était pas sûr de jouer Wimbledon  en raison d’une entorse de l’auriculaire. Même s’il a joué un peu diesel dans tous les matches, il s’est bien rétabli. Il joue en patron. Il est habité d’une certaine sérénité. Le classement veut dire quelque chose. Depuis que Tsonga est 5e à l’ATP, c’est un autre joueur. Je pense que son match contre Djokovic à Roland-Garros, lui a permis de se dire qu’il peut battre ces joueurs. Nadal sorti, Tsonga se retrouve face à Kohlschreiber en quart. C’est quand même plus accessible. Mais attention, Kohlschreiber c’est peut-être le meilleur des joueurs méconnus du Top 30 et c’est un grand joueur. »

Nicolas Couet avec Eric Salliot à Londres