Le PSG en mode commando

145 opinions
- +

Le club de la capitale a mis le cap sur l’Autriche ce mercredi pour y effectuer un stage de préparation physique très poussé. Une fois de retour au Camp des loges, les « festivités » se prolongeront sur une butte dressée pour l’occasion.

Carlo Ancelotti

Carlo Ancelotti

Depuis mardi, Carlo Ancelotti a entamé sa première « rentrée des classes » à la tête du club parisien. Arrivé en janvier dernier, le technicien italien va (enfin) pouvoir mettre en place sa préparation. Un plan de reprise qui avait débuté timidement ce mardi, au Camp des Loges, et au cours duquel les joueurs ont pu découvrir la nouvelle surprise d’Ancelotti. Pendant les vacances, le centre d’entrainement du club francilien a vu se dresser une butte d’une cinquantaine de mètres à côté des terrains d’entrainement. Cette pente va permettre « d’améliorer la vélocité, l’explosivité et la vitesse des joueurs », selon le technicien transalpin.  Ces premiers jours de reprise consistent à  « pousser les joueurs au maximum de leurs capacités physiques », poursuit un membre du staff parisien.

Une approche confirmée par Carlo Ancelotti, qui avance que cette butte « est un instrument de torture » pour les organismes.  Un instrument qui a d’autres bénéfices, selon ce même membre du staff parisien : « Cela permet d’améliorer la solidarité entre les joueurs. Que ce soit sur la butte ou lors des exercices fonciers, les joueurs vont développer un esprit de combat. Plus un exercice est compliqué, plus cela forge l’esprit ».

Une phase indispensable, mais détestée

En attendant un retour qui s’annonce corsé, les joueurs du PSG vont suer et en baver en Autriche, plus précisément à Stegersbach, à quelques kilomètres de la frontière hongroise. Une phase importante, indispensable même, mais clairement détestée par les joueurs. « Cette période est horrible. On ne voit pas trop le ballon mais on se dit que cela paiera à la fin de la saison », confie un joueur parisien. Une façon comme une autre de se motiver pour se dire que ces efforts finiront par porter leurs fruits.

Mohamed Bouhafsi