Au tour de Greipel

Votre opinion
- +

Cavendish hors-jeu après une chute à deux kilomètres de l’arrivée, son grand rival Andre Greipel (Lotto-Belisol) a profité de l’aubaine pour remporter au sprint la 4e étape du Tour de France à Rouen. Cancellara reste en jaune.


Lundi, le « gorille de Rostock » avait échoué à une demi-roue de Cavendish, son éternel rival. Le musculeux Andre Greipel avait ravalé sa fierté, conscient qu’il finirait bien par profiter d’une défaillance de l’homme aux 21 victoires sur le Tour. L’Allemand n’a pas eu à attendre trop longtemps l’ouverture. Pris dans une chute à 2,6 kilomètres de l’arrivée, le Britannique a mordu la poussière. Et Greipel s’est envolé vers son premier succès sur ce Tour 2012, le second de sa carrière, devant le vétéran (38 ans) italien Alessandro Petacchi et le Hollandais Tom Veelers. « En termes de sprint, Cavendish va un tout petit peu plus vite que Greipel, commentait Cyrille Guimard, membre de la Dream Team RMC Sport. Mais si le Britannique fait la moindre erreur, Greipel est l’un des rares à pouvoir le remonter. »  

Obligé de se débrouiller seul cette année, Mark Cavendish doit faire sans ses équipiers, désormais assignés à la protection du leader de l’équipe Sky, Bradley Wiggins. Une solitude qui a perdu le « Cav », aujourd’hui. « A partir du moment où Cavendish n’a pas d’équipier pour l’emmener, il y a plus de risques pour lui, analyse l’ancien champion du monde, Luc Leblanc. Greipel avait toute son équipe devant lui. Il n’a pris aucun risque. » A l’arrivée, l’Allemand de 29 ans avouait n’avoir rien vu de la chute : « Je viens de découvrir les images à la TV. C’est toujours dur de voir de telles images. Mais il y avait des gars très forts à l’arrivée. C’est beaucoup d’émotion. On a travaillé dur pour cette victoire. On la mérite. » 

Cancellera toujours en jaune

Emballante lors de son sprint final, cette 4e étape aura somnolé pendant la majeure partie de l’après-midi. C’est une habitude depuis le départ, le peloton a une nouvelle fois excellé dans son rôle de VRP de l’hexagone. Confortablement installé dans son fauteuil, le téléspectateur n’aura évité l’assoupissement que par la grâce des superbes côtes normandes. Sur le vélo, le rythme pépère du peloton n’aura guère provoqué de palpitations. Pas même le destin d’un trio d’échappés qui avaient pris la poudre d’escampette dès le premier kilomètre.

Dans la peau des animateurs ce mercredi, David Moncoutié, Anthony Delaplace et Yukiya Arashiro ont courageusement tenu pendant plus de 200km, avant d’être repris à 8 km de l’arrivée. Pile-poil le moment où l’étape a vraiment commencé à s’emballer. Pour lancer la fin de course, Sylvain Chavanel, a de nouveau fait la preuve de son incomparable panache. Une tentative bien vite étouffée avant que l’enchainement chute-sprint final ne vienne électriser les esprits. Une série de pièges qu’aura su éviter  Fabian Cancellara, toujours en jaune après quatre jours de course. Cinquième de la course ce mercredi, Peter Sagan s’envole au classement du maillot vert, avec notamment 61 points d’avance sur l’infortuné Cavendish.

Sylvain Reignault avec R.P