Parker : « On va passer aux choses sérieuses »

Votre opinion
- +

Présent au Temple-sur-Lot pour accueillir près de 150 enfants conviés par le Secours Populaire, le meneur de jeu des Spurs et des Bleus est revenu sur sa préparation olympique agitée. Le rythme va désormais s’accroître.

Tony Parker

Tony Parker

Tony, avez-vous eu peur de ne pas faire les Jeux Olympiques avec votre blessure à un œil ?

Je suis toujours resté confiant. Je n’arrivais pas à m’imaginer que j’allais louper ces JO. J’ai tellement travaillé dur pendant 11 ans pour amener l’équipe de France de basket aux Jeux que je me suis dit : « Après tout ce travail c’est impossible que je loupe les JO ».

Avez-vous ressenti une certaine tension quand même au moment du verdict du spécialiste américain choisi par les Spurs ?

Je suis toujours resté positif. Après, c’est vrai qu’il y a trois jours, quand j’ai eu l’autorisation, j’ai été soulagé. Maintenant, c’est parti. Il faut que je me prépare pour être performant aux Jeux Olympiques.

Vous avez l’autorisation de jouer, mais avec des lunettes de protection. Comment gérez-vous le fait de porter désormais ces lunettes de protection pendant les matchs ?

Ça fait un petit peu bizarre quand même. Il faut prendre l’habitude, avec la buée et tous les petits trucs qu’il y a. Mais je vais prendre l’habitude, il n’y aura pas de problème. J’étais très, très soulagé. Ça fait plaisir d’être de retour en équipe de France.

La préparation des Bleus a aussi été perturbée par le forfait de Joakim Noah, l’assurance de Nicolas Batum et la blessure d’Ali Traoré…

Oui, c’est vrai. Mais maintenant, on va essayer de se préparer correctement. On a eu pas mal de hauts et de bas avec des joueurs blessés, des problèmes de contrats. Maintenant, on a récupéré tout le monde et on va passer aux choses sérieuses.

Tony Parker, Jo-Wilfried Tsonga, Ladji Doucouré et Tony Estanguet sont venus passer une journée au Village Kinder du Temple-sur-Lot (Lot et Garonne) pour accompagner 150 enfants qui viennent de toute la France, dans des ateliers sportifs. Au menu, tennis, canoë, basket ou encore athlétisme pour ces enfants qui bénéficient du soutien du Secours Populaire. « Je suis content d'être ici et très relax, a confié Jo-Wilfried Tsonga. On a l'occasion de s'amuser avec des enfants qui ont la chance de pouvoir partir en vacances. Le présent, c'est ça. Les Jeux viendront après. »

Propos recueillis par Nicolas Paolorsi