Jallet : « On est entré dans une nouvelle ère »

6 opinions
- +

Invité de l’After Foot, le défenseur du PSG fait le point sur l’actualité très chargée son club. Mercato, capitanat, équipe de France : l’ancien Lorientais n’élude aucun sujet et ne cache pas ses ambitions pour la saison à venir.

Christophe Jallet

Christophe Jallet

Christophe, quelle est l’ambiance dans le groupe durant ce stage en Autriche ?

Elle est vraiment très bonne. Il y a eu un très bon état d’esprit tout au long de ce stage. On arrive au 9e jour et ça commence à devenir un peu plus usant mentalement parce que c’est un peu long, mais il n’y a aucun souci. On a passé de très bons moments, on a fait du très bon travail. Il y a un vrai état d’esprit et on travaille dans la sérénité.

Le titre de champion de France et un bon parcours en Ligue des champions sont-ils les deux objectifs affichés du club ?

Oui, ce sont vraiment les deux objectifs principaux, sans négliger non plus les coupes nationales puisque l’an passé, on a fait une saison blanche et on n’a pas envie de revivre ça. A nous de tout mettre en œuvre pour y arriver et faire la meilleure saison possible au niveau des titres et du jeu.

Quel sera le principal rival du PSG ?

On n’est jamais à l’abri d’une équipe qui fait un parcours exceptionnel, comme Montpellier l’a fait. Personne ne les attendait et ils ont terminé champions. Il y aura d’autres équipes qui seront au contact du PSG, comme par exemple Lille, qui a fait un bon mercato malgré la perte d’Eden Hazard. Lyon et Montpellier seront présents aussi. Mais on aura largement les capacités de faire jeu égal avec ces équipes et on a notre destin en mains. A nous de faire ce qu’il faut pour ne pas commettre les mêmes erreurs que l’an passé.

Comment le groupe réagit-il aux rumeurs concernant les arrivées d’Ibrahimovic et Thiago Silva ?

Pour le moment, on le vit bien. Ce ne sont encore que des rumeurs, comme 90% des choses qu’on a entendues depuis 3 mois. On attend que ça se réalise mais ça ne change pas notre quotidien. On n’en sait pas plus que ça. Si ça s’avère vrai, on accueillera les deux joueurs avec grand plaisir et ce serait un honneur de compter des joueurs comme ça dans le championnat de France, que ce soit à Paris ou ailleurs. C’est signe de l’ambition du club.

« Pas un objectif pour moi d’être capitaine »

Lors de votre arrivée en 2009, vous attendiez-vous à ce que le club prenne cette dimension ?

Non, ce n’était pas envisageable. Je me rappelle que le club avait une enveloppe de 10 millions d’euros pour recruter. On est entré dans une nouvelle ère, avec des moyens qui n’ont jamais été aussi élevés en France. Ça peut permettre de concurrencer les plus grandes écuries européennes et, pour le football français, il faut s’en réjouir.

Carlo Ancelotti a récemment déclaré que son capitaine serait un joueur français. Cette fonction vous intéresse-t-elle ?

Ce n’est pas un objectif pour moi d’être capitaine. Quand on m’a donné le brassard la saison dernière, je l’ai pris avec une grande fierté et ça démontrait une certaine confiance du coach. Comme il l’a dit, c’est important que cela soit un Français. Mais il y a d’autres joueurs qui ont plus de légitimité que moi pour porter le brassard, au niveau de l’expérience, comme par exemple Alex. Je dois montrer sur le terrain que je peux être un exemple. J’essaye de faire le maximum et de tirer l’équipe vers le haut. Si j’ai encore le brassard, j’essaierai de représenter au mieux le club. Et si c’est quelqu’un d’autre, il n’y aura aucun souci.

Croyez-vous à une sélection en équipe de France cette saison ?

Oui, bien sûr. Qu’un joueur arrive à s’imposer dans une grande équipe comme le PSG, je pense que c’est un atout de plus pour penser à l’équipe nationale. Si jamais ça arrive un jour pour moi, ce serait avec grand plaisir, mais encore faut-il le mériter sur le terrain. Si ça vient, ça voudrait dire que j’ai fait de bonnes performances avec mon club.

After Foot