Agnel : « Hâte d’en découdre aux Jeux ! »

Votre opinion
- +

Membre de la Dream Team RMC Sport, Yannick Agnel aborde la dernière ligne droite de sa préparation pour les Jeux Olympiques (27 juillet – 12 août) et avoue avoir hâte que les choses sérieuses commencent.

Yannick Agnel

Yannick Agnel

Yannick, quel est votre quotidien à moins de deux semaines du début des Jeux ?

Je suis à Nice, mais pas vraiment pour me détendre. On n’a pas baissé le kilométrage ni l’intensité de l’entraînement. On en est toujours au même point. Je fais deux entraînements par jour, avec parfois une partie de musculation qui vient se greffer. Ça représente entre 14 à 16 km par jour.

Vous semblez en pleine confiance après vos bonnes prestations du week-end dernier à l’Open EDF…

On va dire qu’avec toute l’année passée dans le dur au niveau de l’entraînement, des charges vraiment très lourdes et des résultats dans les meetings, on n’avait pas véritablement besoin de prendre confiance. Le groupe est assez serein et on a hâte d’en découdre aux Jeux !

Y a-t-il de l’impatience avant cette grande échéance ?

Non, pas vraiment parce qu’on est encore dans notre bulle d’entraînement. Mais il y a un stress positif qui commence à monter petit à petit. Les Jeux nous entourent de plus en plus, ça commence à arriver et on est juste un peu impatients. On sait ce qu’il nous reste à faire.

Fabrice Pellerin, votre entraîneur, vous a concocté cette année un programme très chargé.

Quand on parle de meetings qui se déroulent pendant l’année, ça comprend 2 à 3 jours de compétition. Ce ne sera pas le cas pendant les Jeux puisque ça va durer une semaine complète. Le programme sera donc plus étalé. Je vais faire le 100m, le 200m et trois relais. Cela fait 9 courses minimum, si tout se passe bien.

Quel est votre sentiment sur le forfait de Michael Phelps sur le 200m nage libre ?

J’ai eu deux vues opposées. La première, c’est que c’est dommage car ça fait un concurrent de choix en moins. Et puis après, je me suis dit : « Tant pis pour lui, ça fait une place de plus. »

Avec le forfait d’Amaury Leveaux en plus, vous semblez effrayé vos adversaires sur le 200m.

Honnêtement, je n’en sais rien mais si c’est le cas, ça m’arrange. Je n’en ai pas vraiment parlé avec Amaury mais je pense qu’il préfère se consacrer à ses autres épreuves. Il doit certainement savoir ce qu’il fait.

Before London