Coupe d’Europe - Toulon : Laporte joue la prudence

2 opinions
- +

Bernard Laporte, l’entraîneur de Toulon, a tenté de repousser dans le Moscato Show sur RMC le statut de favori qui colle à son club avant le coup d’envoi de la Coupe d’Europe ce week-end. Les Varois affronteront Montpellier dimanche (21h).

Bernard Laporte

Bernard Laporte

Plutôt Brennus ou H Cup ?
« Elle fait rêver tout le monde, cette Coupe d’Europe, quand on a le privilège de la jouer. Moi, c’est la première fois que je vais la disputer. Ça n’empêche pas que le Bouclier de Brennus a toujours son aura. Et c’est évident que le championnat de France est plus pour notre génération. On ne jouait que ça, on a été marqué par le Brennus. Quand on parle avec des jeunes ou des internationaux étrangers, ils voient la Coupe d’Europe comme une super compétition. C’est au-delà du championnat de France. Ils rencontrent des joueurs qu’ils affrontent ensuite en équipe nationale. Pour eux, la Coupe d’Europe est une compétition supérieure. C’est vrai que nous, les Français, on est certainement plus attaché au Brennus. Quoique, parce qu’on va la jouer à fond. Si on me demande ce que je préfère gagner, je réponds l’un des deux. Il faut être humble, c’est compliqué. Mais pour moi, elle n’est pas moindre que le Brennus. »

La H Cup en déficit d’image
« Ce qui est gênant, dans cette Coupe d’Europe, c’est que le premier match soit Toulon-Montpellier. Ça, effectivement, c’est navrant. Quand tu joues une Coupe d’Europe, tu as envie de jouer contre des Anglais, des Gallois, des Ecossais, des Italiens. Et non, tu joues contre Montpellier… Je crois sincèrement que ça ne donne pas une bonne connotation à la Coupe d’Europe. Et puis il y a eu des incidents, comme les longues suspensions de David Attoub et Julien Dupuy avec le Stade Français. Ça a donné une mauvaise image de la Coupe d’Europe. On disait que c’était des magouilles, qu’ils n’aimaient pas les Français, on disait ‘‘on s’en fout’’, ‘‘on n’ira pas voir les matchs’’, ‘‘on préfère Montpellier - Castres ou Toulon - Mont-de-Marsan’’. Dans la tête des supporters français, c’était ça. Ça sentait un peu le fumier. Ça ne sentait pas bon. Pour le même geste, trois semaines plus tard, personne ne voyait rien. Ce n’était pas logique. »

Toulon, déjà favori
« Pensez-vous qu’on va croire toutes ces conneries ? On n’est pas des poussins de six semaines. Si je dis demain à Bakkies Botha et aux autres, ils me giflent. Toulon, c’est le cinquième budget français. Si on est l’épouvantail, que sont Toulouse, Clermont ? Encore une fois, du calme. On a fait un bon début de saison. Les joueurs en sont conscients mais ils sont conscients aussi que c’est une nouvelle compétition qui commence et qu’elle sera très, très difficile. On a en France, déjà, des clubs qui sont compétitifs pour la gagner, à commencer par Toulouse et Clermont. Et il y a les Irlandais et les autres. On ne va pas le cacher, on a envie de se hisser à ce niveau de jeu. Mais la route est longue. Il faut qu’on travaille. Je ne vois pas pourquoi on jouerait les mains en haut du guidon (déclaration de Fabien Galthié, l’entraîneur de Montpellier, ndlr). Mais Fabien a été à bonne école pour les beaux discours. Je l’ai eu pendant quatre ans (rires). Je pense sincèrement qu’on est au niveau. Mais dire qu’on va la gagner, il faut être prétentieux quand même ! »

Entraîneur du Stade Français et membre de la Dream Team RMC Sport, Richard Pool-Jones figure parmi ceux qui voient en Toulon un candidat au titre en H Cup. « Je suis un débutant dans ce rôle de manager, a expliqué l’Anglais dans le Moscato Show sur RMC. J’écoute ceux qui ont plus d’expérience, comme Guy Novès. Il a dit que Toulon allait faire le doublé Top 14-H Cup. Bernard (Laporte) est bien rodé. Il minimise les capacités de cette très belle écurie de Toulon. Dans quelques semaines, quand on ira à Toulon, on aura de la chance parce qu’on va pouvoir chasser les autographes des futurs doubles champions (rires). »