Pourquoi le Standard de Liège veut jouer en Ligue 1

25 opinions
- +

Le Standard de Liège futur pensionnaire de Ligue 1 ? C’est l’hypothèse lancée par son président Roland Duchâtelet, qui demandera à la LFP d’intégrer le championnat français en cas non-création d’une ligue belgo-néerlandaise.

Roland Duchâtelet

Roland Duchâtelet

La Ligue 1 est-elle à ce point attractive pour que des grands noms du Vieux Continent frappent à sa porte ? Après le FC Barcelone, dont la possible intégration du club dans l’élite française avait été évoquée par le maire de la ville Xavier Trias en novembre dernier (en cas d’indépendance de la Catalogne), c’est au tour du Standard de Liège d’alimenter la rumeur d’une éventuelle migration vers le championnat hexagonal. On descend certes d’un cran dans l’échelle du rêve et du glamour, mais l’hypothèse émane du président du club lui-même. Persuadé que le football est en danger dans le Plat Pays, Roland Duchâtelet, qui milite farouchement pour la création d’une ligue belgo-néerlandaise (composée des huit meilleurs clubs belges et des douze meilleurs hollandais), a affirmé dans la semaine qu’il demanderait l’intégration du Standard en Ligue 1 si le projet n’aboutissait pas.

« On a eu un riche passé européen, et nous voulons avoir un avenir, assure le dirigeant belge au micro de RMC Sport. A l’heure actuelle ce n’est pas possible car notre budget représente 1/10e des grands d’Europe. Nous avons un désavantage compétitif très important vis-à-vis de nos concurrents. Pour combler ce fossé, il nous faut un budget plus important, et donc jouer dans un championnat plus important. Rester dans le championnat belge n’est pas une option à long terme. »

Duchâtelet : « Lille, c’est presque la Belgique ! »

Résolu à changer la donne dans un championnat belge qui ne lui suffit plus, Roland Duchâtelet est convaincu du bienfondé d’une « Beneliga » pour les grosses écuries wallonnes, flamandes et bataves. Si le projet de championnat transnational est à l’heure actuelle la solution privilégiée, l’idée d’évoluer un jour en Ligue 1 constituerait un alléchant plan B pour le président du club liégeois : « Si on prend la moyenne de spectateurs, nous aurions la cinquième plus grosse affluence de Ligue 1. Les liens avec la France sont pour nous évidents, nous qui pendant des années avons partagé le même actionnaire que Marseille (Robert Louis-Dreyfus, actionnaire principal de l’OM entre 1996 et 2009, possédait également des parts dans le club belge, ndlr). Et puis imaginez un derby contre Lille : ce serait génial. Lille, c’est presque la Belgique ! »

Un enthousiasme qui se heurterait pour l’instant aux lois françaises, qui veulent le championnat français, Monaco mis à part, doit être composé d’équipes françaises. Le Standard de Liège devrait ainsi obtenir, en plus de l’accord de la LFP, une dérogation auprès du législateur français pour pouvoir être greffé à la Ligue 1. Une projection un peu folle qui, si elle se réalisait, ne manquerait de faire parler dans un pays profondément marqué par les tensions séparatistes.

Anthony Tallieu avec Vincent Delzescaux