Bormio : Reichelt et Paris font la paire

Votre opinion
- +

Hannes Reichelt et Dominik Paris ont remporté ensemble la descente de Coupe du monde de Bormio (Italie). L’Autrichien et l’Italien se partagent la victoire, devançant Svindal d’un petit centième et Kroell de deux ! Le Français Johan Clarey prend...

Hannes Reichelt

Hannes Reichelt

Hannes Reichelt et Dominik Paris n’avaient encore jamais remporté une descente de Coupe du monde. Aujourd’hui, c’est à deux qu’ils ont pu savourer cette grande première. Sur une des pistes les plus exigeantes du circuit, l’Autrichien et l’Italien ont terminé exactement dans le même temps (1’58’’62) et se partagent la victoire ce samedi à Bormio (Italie). Pour retrouver une descente de Coupe du monde avec deux skieurs sur la plus haute marche du podium, il faut remonter à celle de 1978 à Kitzbühel et le succès partagé de l'Autrichien Sepp Walcher et de l'Allemand Sepp Ferstl

Deux vainqueurs, donc, mais également deux chasseurs qui échouent respectivement à un et deux centièmes de la victoire. Le Norvégien Aksel Lund Svindal, leader de la Coupe du monde, prend la 3e place (à 0’’01) alors que l’Autrichien Klaus Kroell, meilleur temps de la séance d’entraînement vendredi, termine 4e (à 0’’02). Jamais dans l’histoire des épreuves de vitesse les quatre premiers n’avaient été séparés par 2 petits centièmes.

Théaux : « Il nous faut un petit déclic »

Sur une piste qu’il n’affectionne pas particulièrement, Johan Clarey a bien failli s’offrir le deuxième podium de sa carrière en Coupe du monde. En tête sur le haut du parcours, le Français termine à la 5e place (à 0’’32). Temps de référence du premier entraînement jeudi, Adrien Théaux se hisse au 10e rang (à 0’’70) alors que David Poisson, parti avec le dossard 1, signe une belle 13e place (à 1’’15). Malgré un nouveau beau tir groupé, les descendeurs français sont toujours à la recherche de leur premier podium de la saison et de leur première victoire depuis celle d’Adrien Théaux à Lenzerheide, le 16 mars 2011.

« Je pense qu’il ne manque pas grand-chose. La descente, ça se joue vraiment à des détails, assure Adrien Théaux. Il nous faut un petit déclic. On va bientôt arriver à la moitié de la saison, il nous reste six courses environ. On est en train de monter en puissance. Il faut plus de confiance et de régularité et ça va arriver. » Les spécialistes de la vitesse ont désormais rendez-vous à Wengen (le 19 janvier prochain) et à Kitzbühel (le 25 et 26 janvier). Une piste sur laquelle Adrien Théaux avait terminé 3e en 2011…

Alexandre Mispelon