Top 14 : le Stade Français sous pression

Votre opinion
- +

Pour la 15e journée de Top14, le Stade Français accueille Bayonne à Charléty ce samedi (18h30). Une rencontre que les Parisiens abordent, déjà, comme le match de la dernière chance pour atteindre les phases finales.

Pascal Papé

Pascal Papé

Une semaine après sa très lourde défaite à Montpellier (54-16), le Stade Français est retombé dans l’anonymat au classement. Une 10e place décevante, 10 points derrière Grenoble, le premier barragiste. Un classement qui précipite le club parisien dans l’urgence et qui pousse Pascal Papé à prendre la parole. « C’est un tournant de la saison. Si on perd, la qualification, c’est terminé… ». Le capitaine du Stade Français est dur mais clair : la défaite à domicile est interdite, samedi, face à l’Aviron bayonnais.

Un discours qui peut sembler prématuré alors qu’il reste encore 12 journées de Top 14 et 60 points potentiels à distribuer. Mais voilà, dans les rangs du Stade Français, le classement agace. Une impatience et une envie d’avoir des résultats au plus vite qui s’expliquent facilement : le club a peur de renoncer encore au doux parfum des phases finales... Une mauvaise habitude que les Parisiens traînent depuis la saison 2008-2009 et une demi-finale perdue face à Perpignan.

Papé : « Je crois en cette équipe »

Il faut donc se relever au plus vite de cette gifle héraultaise pour avancer. La recette pour renouer avec la victoire ? Elle  est donnée par Pascal Papé lui-même : « Qu’on commence par beaucoup moins de paroles et plus d’action sur le terrain. Ça, ça m’ira très bien ». Les mots du capitaine sont encore une fois rudes, mais justes. Malgré cette obligation de résultats, le deuxième ligne de l’équipe de France se veut positif.

« Je crois en cette équipe, je crois en son potentiel et en son état d’esprit, assure celui qui a été le capitaine des Bleus lors la tournée d’automne. On a mis tout en œuvre pour laver l’affront de Montpellier et prouver que c’était un accident. On peut encore espérer se qualifier. Il reste 12 journées, on ne lâchera pas. » Ne pas lâcher, sous peine d’être en vacances anticipées au printemps. Une fois de plus…

Pierre Ammiche
Les cotes des prochains matchs avec PMU.fr