Coupe de France : Epinal fait tomber l’OL !

138 opinions
- +

Epinal, 19e de National, a réalisé l’énorme exploit d’éliminer Lyon, tenant du titre de la compétition, ce dimanche en 32es de finale de la Coupe de France (3-3, 4 tab à 2) au terme d’un match très riche en rebondissements.


Voilà l’énorme exploit de ses 32es de finale de la Coupe de France. Epinal, 19e de National, s’est offert le scalp de Lyon, actuellement 2e de L1 et tenant du titre de la compétition, ce dimanche au terme d’un match complètement fou (3-3, 4 tab à 2). Rémi Garde avait pourtant aligné sa meilleure équipe. Mais cela n’a pas suffi pour se sortir du guêpier. Car l’OL a été largement bousculé par l’équipe vosgienne malgré les titularisations de Lisandro, Gomis, Bastos and co. Les Spinaliens ont mis les premiers la main sur le match grâce à deux coups de tête de Boubaya en trois minutes (10e, 13e, 2-0). Mais l’état de grâce n’a pas duré longtemps pour les hommes de Fabien Tissot.

Bafé Gomis (15e) puis Gueida Fofana (20e) ont profité d’un relâchement de la défense pour remettre leur équipe dans le match (2-2). Avant de prendre l’avantage sur un penalty de Lisandro (2-3, 62e). LA fin du rêve ? Pas du tout puisque Focki a égalisé à peine quinze minutes plus tard en concluant victorieusement une action magnifique (3-3, 75e). Direction la prolongation où malgré deux poteaux de Fofana (95e) et Malbranque (99e), rien ne sera marqué. Au terme d’une séance de tirs au but gérée avec un sang-froid… olympien (4-2), Epinal pouvait exulter. « C’est la folie et ça va continuer, s’enflamme le gardien Olivier Robin, auteur d’un arrêt sur la frappe de Fofana. On part en stage pendant deux jours donc je pense qu’on aura l’occasion de fêter ça ce soir tous ensemble. »

Robin : « On veut entrer dans l’histoire du club »

A la peine en championnat avec seulement 14 points et deux victoires en 17 matches, le Stade Athlétique a retrouvé un large sourire. « Peu de monde aurait parié sur nous. On l’a fait, c’est extraordinaire. On a retrouvé des valeurs qu’on avait un peu perdues en championnat et j’espère que tout ce qui s’est passé ce soir on va retrouver ça en championnat parce qu’on n’est pas très bien parti, attend Robin. C’est magique la Coupe de France. Pourvu que ça dure. Dans l’histoire du club, aucune équipe n’a jamais atteint les 8es de finale. On va attendre le tirage et essayer de se qualifier pour les 8es et rentrer dans l’histoire du club. » C’est donc avec une certaine impatience que les Spinaliens attendent le prochain tour. Ils affronteront Nantes le 22 ou le 23 janvier prochain. Un adversaire à l'histoire glorieuse mais au prestige moindre que celui de l'OL, actuellement...

C’est l’autre exploit des rencontres de 32e de finale de Coupe de France disputées ce dimanche. Mende, club de DHR, s’est payé le scalp d’Arles-Avignon, pensionnaire de Ligue 2. Un 2-0 net et sans bavure grâce à un doublé de Gourmat (18e, 90e), qui permet aux Lozériens de voir le rêve se prolonger encore un peu. Stéphane Saurat, l’entraîneur de l’Avenir Foot Lozère, savoure : « Je ne sais pas si c’est arrivé souvent qu’un club de DHR se retrouve en 16e (5 fois dans l’histoire de la Coupe, ndlr). Nous sommes très fiers. Je suis fier de mes joueurs. J’ai un groupe extraordinaire. Ils ont des qualités mais surtout un état d’esprit remarquable, et je suis très heureux de pouvoir partager ça avec eux. Cet été, je suis très sérieux, j’avais rêvé qu’on jouerait le PSG en Coupe. Et quand on a tiré Arles-Avignon, je me suis dit que ce ne serait pas pour cette année. Mais après cette victoire, je me dis pourquoi pas ? » Le tirage au sort leur a finalement réservé Le Havre (Ligue 2). Pour Paris, il faudra donc éventuellement attendre les huitièmes de finale…

NC