PSG ou la chance qui cache la forêt

93 opinions
- +

Face à Lille (1-0) dimanche, le PSG a bénéficié d’une bonne dose de baraka pour s’imposer. Un scénario pas si rare cette saison qui cache les difficultés de l’équipe de Carlo Ancelotti à jouer ensemble. Décryptage.

Carlo Ancelotti

Carlo Ancelotti

Un but adverse injustement refusé, un poteau lillois et un but contre-son-camp. Le PSG a conservé sa place de leader au prix d’un concours de circonstances incroyable, dimanche face à Lille (1-0). « Ils n’y sont pour rien sur l’erreur d’Elana (sur le but contre-son-camp de Chedjou, ndlr) et sur l’erreur d’arbitrage », tempère Jean-Michel Larqué, membre de la Dream Team RMC qui retient davantage le manque d’imagination des Parisiens. « On dit toujours que sur 38 matches, on ne peut pas toujours être exceptionnel, convient-il. Mais je suis quand même inquiet parce que les bons matches sont plus rares que les matches où le niveau de jeu est au-dessous par rapport à ce qu’on est en droit d’espérer de cette équipe. »

Ce qui alarme l’ancien international français, c’est la difficulté de l’équipe de Carlo Ancelotti à créer le danger. Si la chance sourit aux audacieux, selon le dicton, cela n’a pas été le cas dimanche. « On a vu de temps en temps, un PSG qui a dominé son sujet contre Evian-Thonon-Gaillard, Bastia, Troyes et Valenciennes (victoires 4-0), rappelle-t-il. Mais il y a autant de matches où le PSG est apparu hésitant, insuffisant et moyen comme à Nancy (victoire 1-0), à Brest (victoire 3-0), face à Ajaccio (0-0), Rennes (défaite 2-1) ou Saint-Etienne (défaite 2-1). Ils seront champions malgré tout mais pas comme je l’imaginais avec 10 et 15 points d’avance. »

Di Méco : « Pour la Ligue 1, c’est suffisant »

Car si le PSG est en tête, il doit composer avec la concurrence (inattendue ?) de Lyon et de Marseille. Une situation semblable au mano a mano de la saison passée avec Montpellier. « Ils n’ont pas retenu la leçon de l’an dernier quand ils jouaient à leur rythme, prévient Larqué. Avec un volume de jeu plus important, ils mettront les équipes en difficulté mais je ne suis pas persuadé qu’ils soient prêts à faire les efforts. » Ali Benarbia poursuit : « Comment veulent-ils faire la différence en ne changeant pas de rythme ? »

Ce début d’année poussif contraste pourtant avec les performances abouties du mois décembre. « Le problème, c’est que Lucas est arrivé et qu’Ancelotti est obligé de le faire jouer en enlevant du même coup un système qui marchait bien avant la trêve, argue Eric Di Méco, membre de la Dream Team RMC. Du coup, tu repars à zéro. » Mais l’ancien Marseillais positive quand même. « J’ai le souvenir d’équipes championnes comme l’OM avec des matches gagnés à l’arrache en fin de saison. Quand tu joues mal et que tu gagnes, c’est bon signe. Là, c’est juste mais pour la Ligue 1, c’est suffisant. »

Les cotes des prochains matchs avec PMU.fr
Ligue 1 - 34e journée
23/04
18:30
Paris 1,16 6 12 Evian TG Je parie
23/04
18:30
Toulouse 2,75 3,05 2,5 Lyon Je parie
Ligue 1 - 35e journée
25/04
20:30
Nantes 2,85 2,95 2,3 Marseille Je parie
26/04
17:00
Ajaccio 6,75 3,8 1,4 Monaco Je parie
26/04
20:00
Evian TG 3,3 3 2,05 St-Etienne Je parie
26/04
20:00
Guingamp 1,8 3,15 3,8 Valenciennes Je parie
26/04
20:00
Montpellier 2 3,1 3,25 Toulouse Je parie
26/04
20:00
Nice 1,95 2,95 3,6 Reims Je parie