Vendée Globe : frayeur pour Sanso

Votre opinion
- +

Neuvième du Vendée Globe ce dimanche matin, l’Espagnol Javier Sanso a chaviré au large de Madère. Le skipper d’ACCIONA 100% EcoPowered s’est réfugié dans son radeau de survie. Il a été hélitreuillé et ramené sur la terre ferme.

Javier Sanso

Javier Sanso

Alerte, à 11h49 (heure française), ce dimanche. Javier Sanso (43 ans) déclenche ses balises de détresse. L’Espagnol, qui était en neuvième position du Vendée Globe quelques heures plus tôt, vient de chavirer. Son bateau, ACCIONA 100% EcoPowered, est alors positionné à 500 milles à l’ouest de Madère et 360 milles au sud de Sao Miguel, plus grande île de l’archipel des Açores. La direction de course et les autorités navales, qui n’arrivent pas à entrer en contact avec le skipper, envoient un avion survoler la zone. L’inquiétude a dû être forte jusqu’à 17h30 et le passage aérien. Mais Javier Sanso est bien sain et sauf.

Il rassure son équipe et l’organisation, à distance. « Nous ne sommes pas en relation directe avec lui mais l'avion qui a survolé "Bubi" nous a dit que le skipper était en vie dans son radeau, explique Denis Horeau, directeur du Vendée Globe, au micro de RMC Sport. Il a fait des signes de la main et a envoyé des fumigènes, ce qui est très bon signe. Il est en bon état, en bonne santé et il peut collaborer à son sauvetage. Les conditions ne sont pas trop musclées, mais c'est la nuit. C'est plus compliqué. Moi, je suis très, très confiant. »

Son deuxième abandon

Une semaine après la victoire de François Gabart et après 85 jours de mer, l’Espagnol s’est fait une belle frayeur. Elle restera simplement un mauvais souvenir, puisqu'il a rejoint sain et sauf la terre ferme. Un hélicoptère a décollé de Tercera, aux Açores, et l'a récupéré peu avant minuit. Si son abandon est le deuxième en deux participations au Vendée Globe après celui en 2000-2001, l’essentiel est ailleurs dans ces moments-là. Les huit skippers encore en chemin vers les Sables d’Olonne en conviendront certainement.