France-Galles : ces Bleus sont pathétiques…

10 opinions
- +

Défait devant son public par le pays de Galles samedi (6-16), le XV de France signe un deuxième revers de rang dans le Tournoi des VI Nations 2013, à l’issue d’un nouveau match lamentable. Le constat est sans appel : les Bleus n’y sont plus.

Bastareaud et Fofana n'ont pas trouvé la faille

Bastareaud et Fofana n'ont pas trouvé la faille

Avant même le coup d’envoi de la rencontre, la claque reçue par les Italiens en Ecosse (34-10) donne le ton. Non, l’Italie n’est pas encore une grande nation de rugby. La France a tout simplement fait un non-match à Rome et devait profiter de la réception du pays de Galles, avec un XV quasiment inchangé, pour prouver que le talent n’est pas resté en automne. Mais cette opération rachat est un total fiasco. Si l’Italie n’est pas une grande nation, la France, en ce moment du moins, l’est encore moins. Mêmes causes, mêmes effets, pour une quatrième défaite de rang dans le Tournoi des VI Nations (6-16). Une série cauchemardesque qui efface des tablettes les quatre matches sans victoire à cheval entre les Tournois 1974 et 1975 (deux défaites, deux nuls). Il faut remonter à 1971-1972 pour trouver la trace de cinq matches sans victoire !

Le score est affligeant. Le contenu encore plus. « Physiquement ils ont été au-dessus de nous. Sur les impacts, encore, on a reculé, analyse Michalak. C’est dur, c’est le haut niveau. Et au haut niveau, on n’est pas assez bons ». Criant de vérité. La peur au ventre, les Bleus se sont contentés de jouer dans un faux rythme, s’enlisant dans une stratégie de gagne-terrain au détriment du jeu. Petits bras, ces Français préférant tenter - et rater - le drop, via Trinh-Duc, alors qu’ils mettent enfin à mal la défense galloise (44e), n’ont pas volé leur défaite. Bien au contraire. Picamoles et Bastareaud, infatigables perce-murailles, auront bien tenté de dynamiser la machine tricolore, mais la mayonnaise ne prend pas. Ne prend plus.

Derniers du Tournoi

« Le match en Italie nous fait du mal. Ça pèse sur la confiance. On a eu du mal à jouer certains ballons qui étaient jouables », confiera Morgan Parra après coup.Une réaction d’orgueil était attendue ce samedi. Malheureusement pour la France, la réaction sera galloise. Pas complexés par leur huit défaites de rang, les tenants du titre ont affiché un visage séduisant. La possession du ballon ? Galloise. Les intentions ? Galloises. La sérénité ? Galloise. Seuls les sifflets, ceux du Stade de France, étaient français... L’essai de North, qui reprend une superbe passe au pied de Biggar alors que le score est de 6-6 (72e), n’est finalement qu’une sanction logique du nouveau non-match des hommes de Saint-André.

« On a essayé pas mal de choses, sans grand succès ». Un constat d'échec, presque d'impuissance, signé Machenaud.  « La constance est un mal français », avait clamé Serge Blanco après la sortie italienne. Finalement, elle n’est pas si irrégulière. Seulement pas dans le bon sens. La dernière place au classement dans ce Tournoi, nouvelle propriété du XV de France, en est la triste preuve. Le mot de la fin à Maestri : « Il faut qu’on baisse la tête et ceux qui auront la chance d’être là pour le prochain match devront essayer de tout donner ensemble, sans se chercher d’excuses ». Il serait grand temps, en effet...

Alexis Toledano avec LD et PTa