Zlatan : un sifflet, deux mesures ?

79 opinions
- +

Encore averti dimanche à Sochaux (3-2), Zlatan Ibrahimovic était une nouvelle fois très énervé par la sanction. L’attaquant du PSG et le staff parisien en sont persuadés : les arbitres infligeraient un traitement à part au Suédois.


Les micros n’ont pas capté les mots exacts. Mais l’attitude et les paroles lues sur les lèvres ne laissent pas de place au doute. 90e minute de Sochaux-PSG, dimanche soir. Mené 3-2, Paris pousse pour revenir. Simon Pouplin sort pour aller au duel aérien avec Zlatan Ibrahimovic. M. Jaffredo, l'arbitre, siffle faute contre l’attaquant du PSG, qui explose de colère. Une série d’invectives synonyme de carton jaune et qui laisse deviner quelques noms d’oiseaux, symboles d’une frustration qui monte chez Zlatan comme au sein du staff parisien. Le corps arbitral ne laisserait rien passer au Suédois. Une hésitation ? Faute. Une protestation ? Carton. Un geste qui mérite jaune ? Rouge.

Une situation mal vécue du côté du Camp des Loges, où l’énervement gagne des dirigeants persuadés que son aura de superstar et sa réputation de joueur agressif au caractère bouillant en font une cible. « C’est incompréhensible, juge une source proche du club. Ibra n’est pas un joueur méchant mais un joueur spectaculaire. C’est attristant de voir que les décisions contre lui incorporent d’autres facteurs que le terrain directement. » D’autant qu’un relevé des cartons du Suédois cette saison détruit vite la simple image de mauvais et méchant garçon. En 22 journées, la superstar parisienne a cumulé cinq cartons jaunes et un rouge.

« Les fautes imaginaires, c’est assez fatigant… »

Sur ces six biscottes, cinq ont puni un comportement antisportif ou des protestations. Et sur ces cinq, trois ont été pris dans le temps additionnel de matches où Paris cherchait au moins à revenir au score. « Zlatan est un gagneur, explique l’un de ses coéquipiers. Quand il prend un jaune, ce n’est pas pour une grosse faute ou un attentat, c’est parce qu’il veut gagner ou faire match nul. A l’entraînement et en match, ce n’est pas un joueur qui va mettre la semelle ou faire une faute méchante. » D’où l’exaspération de l’intéressé, confirmée par un de ses proches : « On a souvent l’impression que des arbitres veulent se taper la star du PSG. Le comportement arrogant de certains arbitres, les fautes imaginaires, c’est assez fatigant et surtout très énervant. »

La chose ne date pas d’hier. Depuis le début de la saison, la polémique revient à intervalles réguliers. Avec, à chaque fois, un Leonardo ou un Carlo Ancelotti pour monter au créneau et défendre Ibra. Après son rouge face à Saint-Etienne, l’entraîneur avait évoqué une décision « trop sévère ». Après sa faute involontaire sur Lovren, contre Lyon, le directeur sportif avait répondu avec fermeté aux attaques de Jean-Michel Aulas. Et la semaine dernière, après son expulsion face à Valence, le Brésilien en a remis une couche : « Si ce n’est pas Ibra, ce n’est pas rouge ». Les arbitres, eux, voient la polémique d’un autre œil. « On considère Zlatan comme un joueur comme un autre, explique l’un d’eux. Le problème n’est pas Zlatan mais celui du contexte autour des matches du PSG, comme autour de ceux de l’OM ou de Lyon. Les erreurs d’arbitrage contre Paris passent dans une loupe médiatique grossissante. »

Alexandre Herbinet avec Mohamed Bouhafsi
Les cotes des prochains matchs avec PMU.fr
Ligue 1 - 35e journée
25/04
20:30
Nantes 3,05 2,95 2,3 Marseille Je parie
26/04
17:00
Ajaccio 8 4 1,36 Monaco Je parie
26/04
20:00
Evian TG 3,35 3,1 2,05 St-Etienne Je parie
26/04
20:00
Guingamp 1,9 3,15 3,8 Valenciennes Je parie
26/04
20:00
Montpellier 2,05 3,15 3,35 Toulouse Je parie
26/04
20:00
Nice 1,9 3,1 3,9 Reims Je parie