Parker : « C’est toujours magique »

Votre opinion
- +

Tony Parker a remporté le All Star Game, dans la nuit de dimanche à lundi à Houston (143-138), avec l’Ouest. Le meneur de jeu des Spurs, qui a rendu une belle copie (13 points, 5 passes en 22 minutes), a livré ses impressions dans le TP Show, sur RMC.

Tony Parker

Tony Parker

Tony, quel est votre sentiment sur cet All Star Game, après votre cinquième participation ?

C’est toujours un grand honneur de participer, et c’était encore une fois une super expérience pour moi. J’ai essayé de prendre un maximum de plaisir, parce que tu ne sais jamais quand tu vas y retourner. J’ai 30 ans, et si ça se trouve, c’était peut-être mon dernier.

Avec 13 points et 5 passes, vous affichez de belles statistiques. Est-ce quelque chose qui compte dans ce genre d’événement ?

Non, pas vraiment. C’est surtout un match où tu prends du plaisir. C’est sûr que ça fait plaisir de gagner, mais moi mon job est facile : il suffit de passer la balle à Kevin Durant ou Kobe Bryant. Il y a pire…

En termes d’intensité, cela reste-t-il un match engagé ?

Pas vraiment. Quand on commence le match, on veut surtout s’amuser. C’est plus un match pour faire le spectacle et faire profiter les fans. Mais on reste des compétiteurs, et quand arrive le dernier quart-temps, l’intensité défensive monte d’un cran.

En avez-vous profité pour chambrer Joakim Noah, qui jouait dans l’équipe adverse (8 points, 10 rebonds, 3 passes, en 16 minutes) ?

Non, j’étais juste content qu’il soit là. C’est bien d’avoir deux Français sur le parquet dans ce genre d’événement, et j’espère qu’il en a bien profité.

« Tu ne peux pas t’en lasser »

Vous aviez déjà participé quatre fois. Cela vous fait-il toujours autant d’effet ?

Sans hésitation ! C’est toujours magique, c’est un honneur, tu rencontres des légendes. C’est la grande fête du basket et je ne pense pas que tu puisses te lasser de ça. On passe le week-end avec toutes ces légendes avec qui on a grandi et qui nous ont fait rêver, c’est un truc de fou.

Vous étiez le troisième joueur le plus âgé de votre équipe, derrière Tim Duncan (36 ans) et Kobe Bryant (34 ans). Qu’est-ce que cela vous inspire ?

Je ne m’en étais même pas rendu compte. Ça fait peur ! (rires) C’est un sujet un peu gênant, je n’aime pas trop quand on me met dans la même catégorie que Duncan, avec ses 36 ans.

Vous avez perdu votre titre au concours des meneurs de jeu…

Je n’ai pas été bon. Mais je l’ai déjà gagné une fois, ce n’est pas si mal.

Propos recueillis par RMC Sport