Baup : « Si on peut perturber le PSG, on ne va pas s’en priver »

5 opinions
- +

EXCLU RMC SPORT. Avant le double choc contre le PSG, dimanche (L1) puis mercredi (Coupe de France), Elie Baup était l’invité de Luis Attaque ce mardi sur RMC. L’entraîneur de l’OM espère contrarier le rival parisien dans la course au titre.

Elie Baup

Elie Baup

Elie, vous venez de battre Valenciennes au Vélodrome (1-0). C’était important avant d’aborder le match contre le PSG ?

C’est une évidence qu’il faut gagner pour avoir une dynamique positive. Surtout après ce mois de janvier-février qui était difficile pour nous, avec peu de points pris. C’est forcément mieux d'aborder une semaine de travail comme celle-là sur une victoire.

Victoire quand même acquise dans la douleur (but de Fanni à la 94e)…

C’était crispant dans la mesure on avait plusieurs objectifs. On voulait déjà ne pas prendre de but, être costauds. Ça faisait trop de matches où on en prenait un ou deux. On voulait être solides, bien passer sur les côtés. Mais Valenciennes savait tout ça, ils ne se sont pas trop livrés non plus. Ils n’ont pas fait le même match qu’à l’aller où ils avaient attaqué de tous les côtés. Ils ont attendu, ça a été compliqué pour nous, même si on a eu le ballon 65% du temps.

Vous avez gagné 14 matches en Ligue 1, dont 11 par un but d’écart, et votre différence de buts n’est que de +3. Cela signifie-t-il que votre équipe est accrocheuse ou que vous avez énormément de réussite ?

Je dirais qu’il y a une ténacité, des joueurs généreux. La générosité fait partie du sport de haut niveau. Il faut être généreux pour ses partenaires, pour l’équipe. Ça fait quatre fois qu’on prend la victoire dans les arrêts de jeu, ça prouve que l’équipe a un certain caractère, qu’elle n’accepte pas la situation. Après, si on pouvait marquer plus de buts, ça nous aiderait beaucoup. On n’a jamais eu un match tranquille avec 2-3 buts d’avance et je pense que jusqu’au bout ça sera comme ça.

La victoire de Sochaux contre Paris (3-2) vous a-t-elle donné des idées ?

Sochaux avait décidé de bousculer Paris, de les chercher haut, ce qui n’est pas toujours le cas. Pour nous, ce n’est pas le meilleur résultat possible, parce qu’il y aura sans doute une grosse remobilisation derrière. Pour moi, c’est le match qui dictera la manière dont on va jouer. Je pense qu’on aura parfois une position médiane dans le replacement et parfois on pressera plus haut.

Vous sentez auprès de vos joueurs qu’il s’agit d’un match à part ?

C’est une évidence. C’est presque malheureusement le match qui occupe toute la place. On se projette trop vite dedans et on n’est pas capables d’être présents dans ceux qui précèdent.

En cas de victoire, vous reviendrez à deux points du PSG. De quoi envisager jouer le titre ?

Ce n’est pas encore le sprint final, mais c’est clair que c’est une période où il faut être placé. Au départ, notre objectif était de finir dans les cinq premiers. Aujourd’hui on est 3e et on va essayer de persévérer sur cette 3e place. De manière générale, tout le monde pense que le PSG sera champion et largement. Mais si on peut les perturber ou faire quelque chose qui les gênera dans leur course au titre, on ne va pas s’en priver, c’est certain.

Que pensez-vous de l’apport de Joey Barton dans votre équipe ?

Je n’aime pas trop parlé des joueurs individuellement. Tout le monde pensait qu’il prendrait des rouges, qu’il serait agressif, qu’il créerait des conflits. Au contraire, il essaie d’être dans la dynamique collective, d’être dans le travail de récupérations des passes, de donner des ballons…

N’avez-vous pas le sentiment qu’il se bride pour ne pas coller à sa réputation ?

Il a déjà eu des suspensions. Il doit gérer un nouvel arbitrage. J’en discute souvent avec lui. Sur les coups de pieds arrêtés, il a l’habitude de faire des blocages sur les gardiens sans que ce soit sanctionné. Il prend la mesure de cet arbitrage.

Ne craignez-vous pas qu’il dégoupille dans un tel match ?

Non, vraiment pas. Il s’est fondu dans le travail collectif. Je souhaite même qu’il retrouve son agressivité dans le bon sens du terme. Il faut qu’il se lâche un peu plus.

Qu’en est-il de Jordan Ayew ?

C’est quelqu’un qui n’est pas du tout ce qu’on voit en match. Sur le terrain, il est bouillant, il a très envie de bien faire, il est à fleur de peau et veut se surpasser. En semaine, il est attentif, à l’écoute, il a envie de progresser. Il faut qu’il arrive à canaliser son tempérament en match, mais il progresse. Il a déjà mis sept buts et c’est quelqu’un qui prendra une place très importante à l’OM dans les mois à venir.

Il y a de plus en plus de joueurs de l’OM qui ont grandi dans la région. Ne craignez-vous pas que le supporter qu’ils ont été prenne le pas sur le joueur, dans un tel contexte ?

On a beaucoup de joueurs formés dans la région et ils ont toujours voulu être à l’OM. Ça se traduit par une immense envie de porter ce maillot, avec de l’engagement dans les matches et l’envie de défendre nos couleurs. Mais ce sont des professionnels. Ils ont des aptitudes, une maîtrise, ils ont pris la mesure du niveau du championnat, et ça ne posera pas de problème.

Mathieu Valbuena a prolongé son contrat. C’est une bonne chose pour le club ?

Vous le connaissez, vous avez vu sa progression. Il est vraiment positionné en 10 derrière l’attaquant, et il l’occupe très bien. C’est notre leader technique. S’il continue ici, tant mieux pour notre club.

Estimez-vous que David Beckham doit jouer ce match ?

J’aime les grands joueurs, tout le monde adore les joueurs qui sont connus mondialement. Après  c’est le choix de Carlo Ancelotti de le faire jouer ou pas, ça ne me regarde pas. Une icône comme ça, c’est toujours bien pour notre championnat. Moi je veux bien le voir sur le terrain, ça amènera encore plus de surmotivation à notre groupe. Tout ce qui va être matière à élever notre niveau et aller chercher des forces, ça sera intéressant pour moi. Je pense qu’il débutera un des deux matches.

Si vous deviez gagner un des deux matches, lequel choisiriez-vous ?

Je ne peux pas me mouiller là-dessus. La Coupe de France, c’est quelque chose d’important. A mes yeux, elle est supérieure à la Coupe de la Ligue. Elle rassemble tout le monde, j’aimerais faire quelque chose, mais le tirage est compliqué.

Pour conclure, serez-vous entraîneur de l’OM la saison prochaine ?

Je ne mets pas la charrue avant les bœufs. J’ai une mission à remplir ici et j’espère réussir jusqu’à la fin de saison.