Le coup de gueule de Bernaudeau

1 opinion
- +

A 48 heures de la réélection annoncée de David Lappartient à la tête de la FFC et dans la foulée d’un début d’année perturbé par les aveux d’Armstrong et le procès Puerto, Jean-René Bernaudeau, manager de la formation Europcar, est...


Lappartient

« Pour moi, David Lappartient est un bon président. Mais ce qu’il a dit l’autre jour (il a proposé de revenir aux équipes nationales, ndlr) m’a un peu déçu. Le masque est tombé. Je l’ai trouvé un petit peu imbu de sa personne. Il a des projets, mais n’a pas consulté le cyclisme pro. Bon courage à lui.  Il ne sait pas comment ça fonctionne. C’est un désaveu terrible. Moi je pense que David Lappartient est loin de pouvoir nous donner des leçons. Il a un rôle important à accomplir. Vouloir monter un projet global comme Sky ? Il y a quelques petits détails qu’il ne connaît pas… »

Madiot et les Français

« Il manque beaucoup de courage de la part de ceux qui font le vélo. Ceux qui ont cassé le vélo, aujourd’hui, on ne doit plus en tenir compte. Le cyclisme montre qu’il vit un peu en consanguinité, même les Français. Même le président de la Ligue, Marc Madiot, fait parfois des choses qui ne vont pas assez vite à mon sens. C’est vrai qu’on devrait passer à la vitesse supérieure en étant très courageux, en disant ce qu’on fait de notre sport. Si on le dirige comme une entreprise, il faut couper toutes ces branches qui sont pourries… »

L’UCI

« C’est l’UCI qui doit rendre des comptes. C’est l’UCI qui est responsable de cette situation. La transparence doit être la priorité des dirigeants. Avoir juridiquement raison et moralement tort, ça suffit ! L’éthique et la morale doivent être au-dessus des lois, même si les lois sont toujours faites par ceux qui ont profité du système et qui ont été soutenus par une palanquée de juristes et d’avocats. Et ça coûte très cher parfois d’être contre eux, mais il faut du courage. Le cyclisme a besoin de grand courage pour nettoyer… »

Les sponsors

« Il faut un tribunal amical qui peut être fait par les sponsors. Les sponsors qui font vivre notre sport peuvent demander des comptes et aujourd’hui, on pourrait presque accuser certains sponsors d’être aveugles ou complices… Nous, on a des propositions à faire : on voudrait qu’après une suspension, ceux qui veulent revenir payent les contrôles pour pouvoir prouver qu’ils sont propres. Mais même cette proposition ne passe pas donc vous voyez qu’on est loin d’avoir du courage à tous les niveaux… »

Propos recueillis par PYL