PSG-OM : le choc vu par les anciens présidents

Votre opinion
- +

Invités de Luis Attaque sur RMC, Pape Diouf et Charles Villeneuve, anciens présidents de l’OM (2005-2009) et du PSG (2008-2009), ont partagé souvenirs et anecdotes sur ce match pas comme les autres, à trois jours du choc au sommet de la 26e journée...

Pape Diouf

Pape Diouf

Charles, Pape, lorsque vous étiez présidents, les PSG-OM étaient-ils des matches différents des autres ?

P.D. : C’est un match forcément pas comme les autres, vu l’effervescence qui l’entoure, de la part de supporters, de la part des médias… Dans les deux camps, les médias affluent, des pages sont consacrées, des micros sont ouverts, des images sont prises. Et ça reste le match de l’année pour le supporter.

C.V. : J’ai une anecdote qui illustre bien la chose. Quand je suis élu président du PSG, je reçois les associations de supporters, et la première chose qu’ils me disent : « Il faut que vous sachiez qu’il y a une chose qu’on ne vous pardonnera pas : c’est de perdre contre Marseille ». Ça pose un peu le décor.

En tant que présidents, interveniez-vous d’une manière quelconque dans la préparation de ce match ?

P.D. : Dans la semaine, il n’y  a pas besoin d’en rajouter. Le joueur qui porte déjà les couleurs de l’OM sait que c’est le match pour lequel il faut se mobiliser et rester totalement concentré. Et celui qui vient d’arriver, il l’apprend très vite : OM-PSG ou PSG-OM, c’est le match de la saison

C.V. : Jamais je ne me suis immiscé dans les soucis tactiques et les causeries d’avant-match. Mais j’assistais à toutes les causeries, systématiquement. J’étais assez proche des joueurs et je parlais beaucoup avec eux, pour comprendre l’importance que revêtait ce match pour eux, comment ils se préparaient… J’étais curieux de savoir tout ça.

Y a-t-il des rencontres qui vous ont marqués particulièrement ?

P.D. : Il y en a deux dont je me souviendrai toujours. La première, c’est à Marseille. L’amoureux de football que je suis avait beaucoup apprécié d’avoir devant ses yeux un joueur surnaturel : Ronaldinho, qui était venu nous donner une vraie leçon de football à lui tout seul (3-0, 9 mars 2002, ndlr). En tant que supporter, on le vit mal, mais en tant qu’amoureux de football, on apprécie. L’autre, c’est quand j’ai fait monter les jeunes au Parc (0-0, 5 mars 2006. Pape Diouf estimait que le quota de places accordées aux Marseillais était insuffisant). C’était un match qui reposait sur des principes et il reste gravé dans ma mémoire.

C.V. : Mon excellent souvenir, c’est une victoire à Marseille 4-2 (26 octobre 2008). Nous étions assis à côté avec Pape, et comme il l’a toujours fait avec ses adversaires, j’ai essayé de rester courtois et de ne pas trop extérioriser.

Quel regard portez-vous sur vos équipes respectives actuellement ?

P.D. : Dire que cette équipe de Marseille me plaît, ce serait prendre des libertés avec ce que je ressens. C’est une équipe qui, au niveau du classement, donne satisfaction, mais le jeu n’est pas enthousiasmant. L’équipe est toujours, comme on dit trivialement, sur le taquet, et il n’y a que comme ça qu’elle arrive à gagner. C’est ce qui peut désoler le supporter de base que je suis redevenu.

CV : Ce PSG ne me plaît qu’à moitié parce que je ne trouve pas qu’on ait trouvé l’expression d’une véritable équipe et d’un jeu collectif. On a l’impression qu’ils choisissent leur match. Quand on voit comment ils se défoncent à Valence et quelques jours après, quand on regarde Pastore ou Ibrahimovic contre Sochaux, on n’a pas l’impression qu’ils donnent tout ce qu’ils ont dans le ventre. En cela, je suis insatisfait.

Avez-vous le sentiment que ce PSG-OM de dimanche est le plus important de l’histoire au niveau médiatique ?

C.V. : Tout est fait pour que ce week-end soit spectaculaire. N’oublions pas que si Lyon gagne dimanche à 14h contre Lorient, le match prendra un peu plus de lustre. Il y a aussi Beckham qui peut devenir le 400e joueur à porter le maillot du PSG. On peut quand même se demander s’il aura les gestes de grande classe qu’on lui prête. Tous les joueurs qui se sont entraînés avec lui à Arsenal semblaient assez réservés sur sa condition actuelle.

P.D. : Ce match-là revêt de mon point de vue la même importance que les autres au niveau de l’émotion. Mais c’est vrai qu’ils se sont rapprochés du haut du tableau et cela donne une résonnance que ceux d’avant n’avaient pas.

Un petit pronostic ?

P.D. : Je pense que Marseille est capable d’aller chercher le nul au Parc. C’est le genre de matches que cette équipe peut bien aborder et bien terminer.

C.V. : Je vois Paris gagner, mais avec moins de marge que l’on peut croire : 2-1.

Luis Attaque
Les cotes des prochains matchs avec PMU.fr
Ligue 1 - 34e journée
23/04
18:30
Paris 1,18 6 11 Evian TG Je parie
23/04
18:30
Toulouse 2,6 2,85 2,7 Lyon Je parie
Ligue 1 - 35e journée
25/04
20:30
Nantes 2,9 3 2,2 Marseille Je parie
26/04
17:00
Ajaccio 6,75 3,8 1,4 Monaco Je parie
26/04
20:00
Evian TG 3,2 3,05 2,1 St-Etienne Je parie
26/04
20:00
Guingamp 2 3,1 3,3 Valenciennes Je parie
26/04
20:00
Montpellier 2,1 3,1 3,15 Toulouse Je parie
26/04
20:00
Nice 2 3 3,35 Reims Je parie