Lyon-Tottenham : l’OL peut s'en mordre les doigts

25 opinions
- +

Tout proche de la qualification, Lyon s’est fait cueillir par un nouveau but tardif de Tottenham (1-1), en 16e de finale retour de Ligue Europa. Les Spurs sont qualifiés pour les 8es et les Lyonnais pourront ruminer un scénario particulièrement cruel...

La déception de Rémy Vercoutre

La déception de Rémy Vercoutre

Le revers du premier acte (1-2) conférait à l’OL 51% de chance de qualification. Une marge infime que les hommes de Garde ont longtemps cru pouvoir faire fructifier en alliant rigueur, maîtrise et beaucoup de réussite. Mais comme au match aller, les Spurs ont pris un malin plaisir à jouer avec les nerfs de leurs adversaires, pour finalement forcer la décision, encore, dans les tout derniers instants de la rencontre, sur un coup de poignard de Dembélé (90e).

A White Hart Lane, les Lyonnais s’étaient trouvé une solidarité nouvelle, une vraie assise défensive, et un allant qu’on ne leur connaissait plus depuis quelques rencontres. Gareth Bale, artificier et rabat-joie en chef, s’était permis de gâcher la fête, mais les Rhodaniens ne s’y étaient pas trompés : ils tenaient bien là un match référence qui leur a permis, à quelques minutes près du moins, de tenir la dragée haute à leur adversaire ce jeudi.

Un poteau et une barre pour Tottenham

Parfaitement lancés par Maxime Gonalons, reprenant de la tête un coup-franc de Grenier (17e), ils ont cette fois fait la course en tête et ont bien cru que la chance était de leur côté en voyant leur bourreau, Gareth Bale, manquer le cadre à bout portant, sur un centre millimétré d’Adebayor (50e). Quand le Gallois ne transforme pas tous les coups-francs qui passent, c’est forcément plus facile. Il aura bien fait passer quelques frayeurs sur la cage de Vercoutre avec ses trajectoires apocalyptiques (64e, 67e), mais rien de plus.

Et quand Bale ne va pas – c’est lui qui a marqué les six derniers buts de son équipe - c’est tout Tottenham qui flanche. Pas un de de ses coéquipiers ne semble en mesure de le suppléer. Holtby, d’une frappe des 20 mètres (45e) et Adebayor, d’un retourné improbable le long de la ligne de six mètres (65e), trouvent les montants. Dempsey, de la tête (77e) ou de loin (82e), s’y essaie également. En vain. Lyon attend sa qualification en faisant le dos rond. Elle ne viendra jamais. La faute à un uppercut de Dembélé, des 25 mètres, qui fait mouche au plus douloureux moment. Sur les 89 minutes des deux matches, Lyon est qualifié. Mais ça ne marche pas comme ça, et c’est bien Tottenham qui rejoint l’Inter Milan au tour suivant.

A.T.