RCT – Toulouse : Le patron, c’est toujours Toulon

11 opinions
- +

Au terme d’un match riche en intensité, Toulon remporte son choc face à Toulouse (35-16). Le leader reprend son trône, momentanément abandonné à Clermont. La 2e place s’éloigne pour les hommes de Guy Novès.

Matt Giteau

Matt Giteau

Le retour des internationaux. Un duel grandeur nature entre les deux finalistes du dernier championnat. Un stade Mayol plein à craquer. La polémique Servat, histoire de saler la relation entre les deux clubs. Ça, c’était avant le coup d’envoi. Sont venus se greffer pendant le match du jeu, des essais, de l’envie, de la castagne, à l’image de celle ayant opposé Johnston à Botha peu après la reprise (47e). Bref, tous les ingrédients samedi soir d’un choc, d’un vrai, entre le leader du Top 14, Toulon, momentanément privé de sa couronne par Clermont et le champion en titre,  Toulouse, dernier pensionnaire du podium. Et ce duel, c’est le RCT qui l’a remporté (35-16), tout en réalisme, face à des Toulousains peu avares d’efforts mais pas toujours récompensés dans leurs efforts.

Il fallait un vainqueur, un vaincu et contrairement au match aller, où Toulon avait joué sans ses vacanciers (32-9), c’est la formation dirigée par Bernard Laporte qui a eu le dernier mot. Hormis au quart d’heure de jeu, après que Beauxis ait transformé l’essai de Matanavou (7-6), Toulon n’a jamais couru après le score. Cette corvée, les locaux l’ont volontiers abandonné aux Rouge et Noir,  toujours dans le tempo à la pause (19-13) grâce à la botte – toujours - de Beauxis, bien exploitée sur deux drops astucieux (25e, 35e). Avant, le RCT avait pris un peu d’avance, suite à un essai d’Armitage (22e) et le pied mécanique de Wilkinson (4e, 8e, 18e, 39e).

A la botte de Wilkinson

En seconde période, Toulouse fait monter l’intensité d’un cran. Toulon également. « Wilko », qui avait déjà trouvé le poteau en début de rencontre (16e), remet ça (48e) et laisse Beauxis relancer la partie (50e, 19-16) à une grosse demi-heure de la sirène. Mais Toulon, qui ne gagne qu’un match sur deux depuis la phase retour, ne veut pas enchaîner un nouveau revers après celui enregistré à Castres la semaine dernière (25-20). Alors les Toulonnais s’emploient. Manquent d’inscrire un deuxième essai par Bastareaud (59e). Puis finissent par se libérer sur deux drops consécutifs de Wilkinson (65e, 70e), qui sanctionnera dans la foulée une nouvelle indiscipline toulousaine (75e, 28-16).

Réduit à 14 après le jaune d’Albacete (75e), Toulouse ne se consolera même pas avec le bonus défensif. Pis, Toulon, qui n’aura laissé aucune miette à son grand rival pour le titre, enfonce un peu plus le clou en toute fin de match, par un essai de Wulf (80e, 35-16). Visage grave, yeux rouges, Guy Novès, chambré par une partie du public du Mayol, sait que son équipe va devoir cravacher pour aller chercher Clermont, désormais à neuf points et une place de demi-finaliste. « Toulon mérite logiquement cette victoire, lâchera l'intéressé à la fin du match. Il n’y a rien à dire là-dessus. Après, je suis particulièrement fier du comportement qu’ont eu les joueurs. Ils ont permis à tout le monde de voir du spectacle je pense, de voir du rugby engagé avec des bons et des mauvais moments. On peut être fier de notre maillot et de ce que l’on a produit ce soir dans un endroit pas si simple que ça. »

A.D
Les cotes des prochains matchs avec PMU.fr