Debuchy : « Je pencherais plus pour la Grèce »

Votre opinion
- +

EXCLU RMC SPORT. Convaincante contre l’Australie et la Finlande, l’équipe de France devra faire aussi bien dans un mois lors d’un périlleux barrage. Une confrontation que Mathieu Debuchy, invité de Luis Attaque, attend avec impatience.

Mathieu Debuchy
@ AFP
Mathieu Debuchy

Mathieu Debuchy, avec ces deux succès contre l'Australie (6-0) et la Finlande (3-0), peut-on dire que vous avez fait le plein de confiance avant les barrages ?

On s’était mis dans des bonnes conditions pour aborder ces deux matchs très importants. On a mis beaucoup de buts, on n’en prend pas. Et puis, il y a eu du jeu. Je pense que la confiance est revenue.

Avez-vous une préférence entre la Croatie, l'Ukraine, le Portugal et la Grèce ?

Ce n’est pas évident. Sur deux matchs, contre n’importe quelle équipe, tout peut se passer. Après, le Portugal s’annonce comme la plus grande équipe. La Croatie est une bonne équipe aussi. Je pencherais plus pour la Grèce.

Ça serait en tout cas une catastrophe de ne pas aller au Brésil...

On serait vraiment déçus de ne pas y aller. C’est important pour l’équipe et la France entière. On est à deux matchs, on va tout faire pour y aller.

Comment avez-vous vécu les sondages défavorables parus cette semaine dans la presse ?

On n’est jamais satisfait de voir un tel sondage. C’est à nous d’inverser la tendance. Il y a eu des faits qui n’ont pas plu aux gens. Ils ne sont pas satisfaits. C’est à nous de renverser la tendance et de faire en sorte que le public nous encourage. On en a parlé un peu entre nous. Ce n’est pas plaisant de voir un tel sondage. On va tout faire pour se qualifier et, avec les résultats, on va essayer de retrouver ce public.

« Je me sens à mon niveau »

On a le sentiment que vous avez joué plus haut. Faire plaisir au public, est-ce un élément de reconquête ?

L’entraîneur nous a demandé, à Patrice Evra et moi, de jouer très haut et de ne pas se soucier de ce qu’il y avait dans notre dos si on se faisait contrer. Après, ce n’est pas évident car il y a eu quelques contres où ils ont été dangereux. C’est ce qu’on préfère. Ça a fonctionné sur ces deux matchs. Cette tactique va bien à l’équipe de France, mais il faut s’adapter à l’équipe de France.

A titre personnel, avez-vous retrouvé votre niveau ?

C’est vrai que je me sens bien. Il a fallu digérer mon transfert en Angleterre. Ce n’est jamais évident. Et puis les deux matchs en sélection m’ont fait du bien. Avant cela, j’étais sur le banc. Aujourd’hui, je me sens à mon niveau.

Ces matchs ont également été l'occasion de voir un grand Ribéry...

C’est le patron de l’équipe. Il fait la différence à tout moment et peut nous amener loin. C’est un joueur fantastique. J’espère qu’il aura le Ballon d’Or. J’espère qu’on fera de très grandes choses avec lui.

Et Karim Benzema, comment va-t-il ?

Ce n’est pas évident pour lui ces derniers temps. Le coach a fait le choix de le mettre sur le banc et de le faire entrer en cours de match. On a vu qu’il avait apporté dès son entrée et qu’il a marqué. C’est important pour sa confiance.

A lire aussi : 

>>> France-Finlande : les notes

>>> Riolo : "Place aux barrages"

>>> Mondial : retour sur les qualifiés, en vidéo

Luis Attaque