Michalak : « Je me sens beaucoup mieux »

Votre opinion
- +

Opéré de l’épaule gauche en juillet, Frédéric Michalak retrouve l’équipe de France cette semaine. Le Toulonnais, en meilleure forme qu’en fin de saison dernière, a bien l’intention de battre les Tonga et l’Afrique du Sud avec les Bleus.

Frédéric Michalak
@ AFP
Frédéric Michalak

Frédéric Michalak, vous attendiez-vous à revenir en équipe de France ?

J’espérais revenir. Ça dépendait de mon retour avec Toulon. Il fallait que je récupère bien de ma blessure, qui m’a tenu éloigné des terrains pendant quatre mois. Maintenant, je suis en pleine forme et très content d’être là.

Cette période vous a-t-elle paru longue ?

C’est toujours long. Mais c’est arrivé à la période des vacances. Il n’y avait pas trop de matches, donc ça allait. J’ai gagné un peu de temps. Elle m’a fait du bien.

Vous vous êtes ressourcé physiquement et mentalement...

Ça permet de souffler un peu. J’ai eu une saison assez énorme l’an dernier. Elle a été très longue. J’ai pu me reposer, me faire opérer. J’ai une nouvelle épaule, je suis frais dans la tête. Je suis très excité par cette nouvelle saison et ces nouveaux challenges qui nous attendent, que ce soit avec l’équipe de France ou le club.

Cette tournée était-elle un objectif pour vous ?

Pas un objectif particulier. Mon objectif, c’était de retrouver la santé et ma fraîcheur physique, de bien travailler. J’ai eu quatre mois pour travailler physiquement, musculairement. Je me sens beaucoup mieux aujourd’hui qu’en fin de saison.

Etes-vous « le grand frère », dans ce groupe, comme Mathieu Bastareaud le pense ?

Non, non. (Rires) Mathieu est un grand fan de l’émission « Pascal le grand frère », donc c’est pour ça qu’il a dit ça. Je suis juste heureux d’être ici. Il faut amener sa bonne humeur, qu’il y ait une bonne ambiance. Voir Mathieu avec le sourire, voir les autres avec le sourire… L’équipe est bien dans sa tête, elle s’entraîne bien aussi. On espère tous valider ça par des victoires.

Philippe Saint-André appelle à la fois des jeunes et des joueurs d'expérience. Comprenez-vous cette logique ?

Il y a un gros effectif. Il faut que l’équipe de France soit accessible à un maximum de joueurs et surtout aux meilleurs joueurs du moment. On est content d’avoir des jeunes comme Gaël Fickou, qui explose au plus haut niveau. C’est super de pouvoir leur donner la chance de pouvoir s’exprimer face aux meilleurs joueurs du monde. Ça les aide à gagner en expérience.

Le but commun, c'est 2015...

Bien sûr. C’est de créer un groupe, un jeu, d’arriver à comprendre ce que les coaches veulent mettre en place. C’est pour ça que l’effectif est grand. Il faut que les joueurs intègrent les combinaisons, les mouvements, pour l’objectif Coupe du monde.

Est-ce compatible avec l'objectif de gagner à court terme ?

Gagner, ça permet de prendre confiance. On l’a vu l’année dernière, au mois de novembre. On a gagné un match, puis un autre… Plus rien ne pouvait nous arrêter. On se sentait très, très fort. Ce qui manque à cette équipe, c’est la continuité dans les victoires face à des grandes nations. Là, il y a un beau match contre les Tonga et derrière, un autre contre l’une des meilleures équipes du monde, l’Afrique du Sud. Il faudrait valider tout ce qu’on peut faire face à une grande nation.

Personnellement, vous pensez à ces deux matches...

Bien sûr. Je pense d’abord aux Tonga, mais valider cette tournée par deux victoires, ce serait énorme.

Nyanga, Claassen et Flanquart écartés

Le sélectionneur des Bleus Philippe Saint-André et son staff ont dévoilé la liste des 23 joueurs retenus pour le test-match face au Samoa samedi au stade Océane du Have (18h). PSA a décidé d’écarter les troisième lignes Yannick Nyanga et Antonie Claassen, ainsi que le deuxième ligne Alexandre Flanquart.

La liste des 23 :
Avants : Debaty (Clermont), Forestier (Castres), Kayser (Clermont), Szarzewski (Racing-Métro), Mas (Montpellier), Slimani (Stade Français), Maestri (Toulouse), Papé (Stade Français), Vahaamahina (Perpignan), Dusautoir (Toulouse, capitaine), Le Roux (Racing-Métro), Ouedraogo (Montpellier), Chouly (Clermont).
Arrières : Pélissié (Montpellier), Parra (Clermont), Michalak (Toulon), Talès (Castres), Bastareaud (Toulon), Fickou (Toulouse), Fofana (Clermont), Médard (Toulouse), Guitoune (Perpignan), Dulin (Castres).  

A lire aussi :

>> Papé : « Pas le droit de passer au travers »

>> Michalak a-t-il encore sa place chez les Bleus ? 

>> Les motifs d'espoir de Saint-André

Propos recueillis par Vincent Delzescaux