Deschamps : « Se projeter plus loin, ça ne sert à rien »

Votre opinion
- +

Alors que certains de ses joueurs n’hésitent plus à afficher leur ambition de remporter la Coupe du monde, le sélectionneur français Didier Deschamps ne veut pas voir au-delà du 8e de finale contre le Nigéria, lundi (18h).

Plus de droit à l'erreur

« Ce n’est pas comme en poule, où il y a des matchs pour se rattraper. Là, la sanction tombe à la fin. Evidemment, c’est une configuration de coupe. On se prépare de la même façon, avec le même sérieux. Mais à la fin, on reste ou on repart. »

Jouer à 13h, qu'est ce que ça change ?

« C’est effectivement un horaire un peu inhabituel. On a fait en sorte de se caler sur le rythme du match sur les trois dernières journées. Je ne vous apprendrai rien si je vous dis que les Nigérians sont plus à même de supporter la chaleur, même si beaucoup d’entre eux jouent en Europe. Un autre souci pourrait être le taux d’humidité, mais a priori, il ne sera pas si élevé. Le rythme et l’intensité seront plus importants. Il faudra gérer certaines situations mais pas les efforts. Il y a d’autres équipes qui ont joué à cette heure-là. Les Brésiliens et les Chiliens ont fini très fatigués. »

Nigéria, attention danger

« C’est une équipe athlétique. Le secteur défensif reste bien en place. Devant, il y a de la puissance et de la vitesse avec Obi Mikel, Musa et Odemwingie. Ils ont perdu Babatunde avec cette fracture du poignet, mais ils peuvent avoir plusieurs options. Ils ont un quatuor offensif qui va vite, avec un joueur comme Musa qui est dribbleur. Et un bloc défensif qui est solide. »

L'ambition de sacre de certains joueurs

« Je n’ai pas eu à gérer ça. J’ai peut-être échangé avec les joueurs concernés (sourire). Après, qu’on ait de l’ambition, c’est bien et il en faut. Notre réalité aujourd’hui, c’est le Nigéria en huitième de finale. Se projeter plus loin, ça ne sert à rien. »

Les critiques concernant Pogba

« Je ne sais pas tout ce qu’il se dit et s’écrit. Le plus important pour moi, c’est ce que j’ai à lui dire. Mais je ne me sers pas de ce qui peut être dit ou écrit. Il y a ce que je vois, pour lui comme pour les autres. Je vois ce qu’il fait de bien. Je peux l’inciter à corriger certaines choses et l’encourager. Je ne fais pas que pointer du doigt ce qu’il fait mal parce qu’il fait des choses très bien aussi. »

Propos recueillis par Pierrick Taisne