Juninho : « Scolari n’a pas travaillé »

Votre opinion
- +

Pour expliquer les difficultés de la Seleçao qui affrontera la Colombie vendredi en quart de finale de la Coupe du monde, Juninho pointe du doigt Luiz Felipe Scolari, coupable selon lui de ne pas avoir fait assez jouer la concurrence.

Après une phase de groupes peu convaincante et un 8e de finale remporté au bout du suspense face au Chili (1-1, 3 tab à 2), le Brésil joue encore très gros face à la Colombie ce vendredi soir en quarts de finale de la Coupe du monde à Fortaleza (22h). « On est tous inquiets, admet Juninho, membre de la Dream Team RMC Sport, avant d’avancer une explication. Il y a un an, le Brésil a gagné la finale de la Coupe des Confédérations contre l’Espagne. L’entraîneur (Luiz Felipe Scolari) a décidé qu’un an avant la Coupe du monde, il avait déjà son équipe, qu’il avait 11 joueurs et que c’est cette équipe-là qu’il alignerait à la Coupe du monde. » Une erreur selon l’ancien joueur de l’Olympique Lyonnais.

« Aujourd’hui, on a pas mal de joueurs qui ne sont pas en forme comme Daniel Alves à droite ou Fred devant, explique Juni. Paulinho est allé à Tottenham mais il n’a pas joué. Oscar a fait une première partie de saison satisfaisante avec Chelse,a mais il a fini en difficulté. Avec l’équipe nationale du Brésil, tu ne peux pas décider des onze joueurs qui vont jouer la Coupe du monde un an avant. »

« Pour l'instant, la chance est toujours avec nous »

En ne faisant pas jouer suffisamment la concurrence, Luiz Felipe Scolari serait-il le responsable numéro un des maux de la Seleçao ? « Il n’a pas travaillé ou pensé à une autre solution, appuie Juninho. Là, il y a la pression qui vient de l’extérieur. Les joueurs ont senti que leur équipe traverse un moment difficile et que l’entraîneur n’a pas prévu une autre façon de jouer. Pour l’instant, la chance est toujours avec nous, comme le montre le dernier penalty du Chili qui va sur le poteau. »

Mais la punition ne peut-elle pas tomber ce vendredi face à la Colombie qui, elle, est très séduisante depuis le début de la compétition ?« Oui, mais cette équipe va attaquer le Brésil, souligne Juninho. C’est peut-être le premier adversaire qui va attaquer le Brésil. Et là c’est dangereux pour la Colombie aussi. »

Juninho