Mis à jour le
Pierre Bordry
 

Interrogé par RMC Sport vendredi à la veille du départ du Tour, le président de l’Agence française de lutte contre le dopage n’a rien fait pour calmer les relations de son instance avec la Fédération internationale. L’impasse parait totale.

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • Fanchick
    Fanchick     

    La question mérite d'être posée....Il semble que les instances internationales du vélo travaillent pour ceux qui dans l'ombre, tirent à boulet rouge sur l'entreprise Tour de France pour mieux se l'approprier.... Et en faire une bouillie incipide et sans saveur une fois qu'il l'auront phagocytée.
    Que les instances françaises de lutte contre le dopage se méfient de l'UCI est un bon signe et une bonne chose pour la survie du Tour comme nous l'aimons.
    Il me semble également que toute cette pagaille médiatique autour du dopage est née avec la "mondialisation" de ces courses sur route.... Je me trompe?......

  • EPO
    EPO     

    Cette année ca va aller vite entre dopage et vélo électrique. Le tour est aussi pourri que l'équipe de France au foot. 3 semaines de masturbation intellectuelle pour essayer de trouver des tricheurs, mais messieurs les organisateurs ce sont tous les coureurs qui trichent.

Votre réponse
Postez un commentaire