RMC Sport

Bordry (pdt de l’AFDL) répond à l’UCI

-

- - -

En conflit avec l’Union Internationale du Cyclisme, l’Agence française de lutte contre le dopage a apprécié de pouvoir compter sur le soutien de l’Agence mondiale antidopage, notamment sur le dernier Tour de France : « L’UCI veut maintenir ses prérogatives de pouvoir contrôler seule et comment elle l’entend, explique Pierre Bordry, le président de l’AFDL. Je me réjouis que l’Agence mondiale soit intervenue en 2010 pour mettre des observateurs dans les compétitions et surveiller comment se déroulaient les contrôles et les prélèvements. »