Les 12 stades de la Coupe du monde en Russie

A partir du 14 juin, la Russie va accueillir le Mondial. La compétition se déroulera dans 12 stades répartis sur l’ensemble du territoire russe. D’enceintes historiques aux nouvelles installations, petit tour d’horizon des stades de la Coupe du monde.

Stade Loujniki (Moscou)

Stade Loujniki (Moscou)

Avec ses 81000 places, il est le plus grand stade de ce Mondial 2018. Construit en 1956 et rénové à plusieurs reprises, le stade Loujniki fait partie intégrante de l’histoire du sport russe. Côté football, il a accueilli deux finales européennes : en 1999, Marseille perd la finale de la Coupe de l’UEFA contre Parme. En 2008, Manchester United remporte la Ligue des Champions aux tirs au but face à Chelsea.

Le stade Loujniki (Stade Central Lénine auparavant) a également été le théâtre des cérémonies d’ouverture et de clôture des Jeux Olympiques 1980 ainsi que des championnats du monde d’athlétisme 2013. Le triple-sauteur français Teddy Tamgho avait été titré avec un saut à 18,04m.

Ancienne demeure de clubs comme le Torpedo, le CSKA ou le Spartak Moscou, il n’abrite plus que les matchs de la sélection russe. Lors de la Coupe du monde, 7 matchs s’y disputeront dont le match d’ouverture Russie-Arabie Saoudite, Danemark-France et la finale.

Otkrytie Arena (Moscou)

Otkrytie Arena (Moscou)

Ce stade est le deuxième antre moscovite de la compétition. Contrairement au Loujniki, l’Otkrytie Arena est le lieu de résidence d’un club : le Spartak Moscou. Au départ, cette arène a été construite dans ce but précis car le Spartak jouait dans plusieurs stades de la capitale sans réelle attache.

D’une capacité de 45360 places, le stade a mis 7 ans pour être définitivement terminé. Les travaux de terrassement ont commencé en juillet 2007. Initialement prévue pour 2009-2010, l’inauguration n’a eu lieu que le 5 Septembre 2014 pour le match Spartak-Etoile Rouge de Belgrade.

Ce stade aux couleurs rouges et blanches du club local accueillera 5 matchs du Mondial dont Argentine-Islande, Serbie-Brésil et un 8e de finale.

Kazan Arena (Kazan)

Kazan Arena (Kazan)

Il est un des nouveaux stades construits pour ce Mondial. Avec cette enceinte de 45568 places, la ville de Nijni Novogorod sera l’hôte de 6 rencontres, notamment un alléchant Argentine-Croatie et un quart de finale.

Construit en seulement 3 ans, ce stade est situé à l’endroit où l’Oka se jette dans la Volga. Il se différencie par de hauts piliers très espacés qui soutiennent la structure ronde du toit. Le club local de l’Olympiyets, qui évolue en deuxième division, occupera le stade après la Coupe du monde.

Stade de Nijni Novogorod

Stade de Nijni Novogorod

Il est un des nouveaux stades construits pour ce Mondial. Avec cette enceinte de 45568 places, la ville de Nijni Novogorod sera l’hôte de 6 rencontres, notamment un alléchant Argentine-Croatie et un quart de finale.

Construit en seulement 3 ans, ce stade est situé à l’endroit où l’Oka se jette dans la Volga. Il se différencie par de hauts piliers très espacés qui soutiennent la structure ronde du toit. Le club local de l’Olympiyets, qui évolue en deuxième division, occupera le stade après la Coupe du monde.

Stade central (Ekaterinbourg)

Stade central (Ekaterinbourg)

C’est le deuxième « dinosaure » de la compétition avec le stade Loujniki de Moscou. Erigé en 1957, l’enceinte a été rénové à deux reprises en 2006 et en 2011. L’Oural Ekaterinbourg, club modeste oscillant entre la deuxième et la troisième division russe, y dispute ses matchs à domicile.

Ce stade fait surtout le buzz avec ses tribunes temporaires : en effet, pour le Mondial, la capacité est passée de 23000 à 35000 places. Pour cela, les tribunes derrières les buts ont été agrandies de 6000 sièges chacune. Elles ne sont pas couvertes et donnent donc un aspect unique à l’enceinte. Elles seront démontées à la fin du Mondial.

Seulement 4 matchs de poule se disputeront à Ekaterinbourg : Egypte-Uruguay, France-Pérou, Japon-Sénégal, Mexique-Suède. Aucun match à élimination directe n’y est programmé.

Stade Ficht (Sotchi)

Stade Krestovski (St-Pétersbourg)

Il est sans doute le stade le plus beau de ce Mondial. Inauguré en 2017, l’enceinte de 68134 places est surnommé le Vaisseau Spatial. Elle dispose d’un toit rétractable et le Zénith en est le club résident.

Derrière cette image de façade, il fait surtout la Une dans la rubrique justice. Prévu initialement pour 2008 à la place du vieux stade Kirov, le chantier prend beaucoup de retard. Les constructeurs se succèdent, les plans sont modifiés en vue du Mondial 2018.

Le coût était estimé à 100 millions d’euros en 2006 ; aujourd’hui, on parle de 700 millions à 1,3 milliard d’euros (plus cher que le stade de Wembley). Les soupçons de corruption sont nombreux. De plus, l’ONG Human Rights Watch dénonce l’emploi de travailleurs nord-coréens dans des conditions très précaires.

Il sera le théâtre de 7 rencontres avec en point d’orgue une demi-finale et la finale pour la 3e place. Pour l’Euro 2020 disputé aux 4 coins de l’Europe, le stade sera encore utilisé pour 3 matchs de groupe et un quart de finale.

Stade Krestovski (St-Pétersbourg)

Stade Ficht (Sotchi)

Après les J.O d’hiver 2014, le stade olympique Ficht de Sotchi va accueillir la Coupe du monde. Une particularité qu’il partage avec le stade de Turin (Coupe du Monde 1990 et J.O 2006). Cette enceinte de 48000 places avait été terminée in extremis pour la cérémonie d’ouverture en 2014. Pendant les Jeux, les épreuves de curling, de patinage artistique et d’hockey s’y étaient déroulées.

La seule modification demandée par la FIFA a été le démontage du toit transparent. Six rencontres du Mondial vont avoir lieu à Sotchi : 4 matchs de poule dont Portugal-Espagne et Allemagne-Suède, un 8e de finale et un quart de finale.

Rostov Arena

Rostov Arena

Elle est dans le groupe des nouveaux stades construits pour ce Mondial. Au bord du fleuve Don, l’installation de 45000 places n’a pas de particularités majeures. Son architecture est sobre et classique. Après le Mondial, le FC Rostov, club de première division, prendra possession de cette arène. Le stade sera juste raboté de 5000 places contrairement à d’autres enceintes du Mondial où la capacité sera parfois réduite de moitié.

Le programme dans ce stade est intéressant : Brésil-Suisse, Uruguay-Arabie Saoudite, Corée du Sud-Mexique, Islande-Croatie et un huitième de finale.

Volgograd Arena

Volgograd Arena

Ce stade est devenu le nouveau poumon de la ville de Volgograd. D’une capacité de 45568 places, il a pris la place du vieux Stade Central pas adapté pour le Mondial. Pourtant, il avait été le théâtre de l’élimination de Manchester United en C3 en 1995 ou encore de la finale de la Coupe Intertoto de Guingamp en 1996. Mais le choix de la modernité a été fait par les organisateurs.

Le club local du Rotor va prochainement y évoluer. Mais avant, 4 matchs de poule du Mondial auront lieu dans la Volgograd Arena : Tunisie-Angleterre, Nigéria-Islande, Arabie Saoudite-Egypte et Japon-Pologne.

Arena Baltika (Kaliningrad)

Arena Baltika (Kaliningrad)

Avec 35000 places, elle est la plus petite enceinte du Mondial. Mais le caractère politique est fort du fait de son emplacement. Kaliningrad est une enclave russe entourée par la mer Baltique, la Pologne et la Lituanie. Avec ce Mondial, la Russie voulait montrer sa puissance aux yeux du monde entier. Cette présence à Kaliningrad en est la preuve.

Le stade vient d’être inauguré il y a tout juste un mois lors d’un match amical entre le FC Baltika et le FK Tioumen. Bâti sur une île marécageuse, il accueillera 4 matchs de poule : Croatie-Nigéria, Serbie-Suisse, Espagne-Maroc et le choc du groupe G, Angleterre-Belgique.

Cosmos Arena (Samara)

Cosmos Arena (Samara)

Comme l’Arena Baltika, la Cosmos Arena est également mise en avant par la Russie pour montrer sa force politique et économique. Construite pour le Mondial, elle prend la forme d’un vaisseau spatial avec son dôme transparent de 65m (initialement prévu à 80m). Une référence à la ville de Samara, centre important de la conquête spatiale. Elle héberge la production des fusées Progress et des modules spatiaux. Le stade a été aménagé sur le point le plus haut de Samara.

Les problèmes n’ont pas épargné l’enceinte : nombreux retards, dépassement conséquent du budget, changement de localisation. Terminée seulement depuis quelques semaines, il abritera après la compétition les matchs du Krylia Sovetov qui fait l’ascenseur entre l’élite et la deuxième division. Avant cela, le stade sera bien mis à contribution durant le Mondial avec 6 rencontres : 4 matchs de poule, 1 huitième de finale et un quart de finale.

Mordovia Arena (Saransk)

Mordovia Arena (Saransk)

Le club local du Mordovia Saransk jouera désormais ses matchs de troisième division russe dans un nouveau stade. L’enceinte de 45000 places sera ramenée à 28000 après la compétition. L’architecture en forme d’œuf rappelle à moindre mesure l’Allianz Arena de Munich ou le stade Pierre-Mauroy de Villeneuve d’Ascq.

La Mordovia Arena est loin d’avoir le programme le plus alléchant de la compétition. Seulement 4 matchs de poule s’y joueront : Pérou-Danemark, Colombie-Japon, Iran-Portugal et Panama-Tunisie.