Mis à jour le
En avance pour la fête...
 

Retour sur la finale de la Coupe des Confédérations et la belle victoire du Brésil...

 

Votre opinion

Postez un commentaire

9 opinions
  • Crusaders
    Crusaders     

    on oublie qu'au delà de leur technique le brésil détient toujours, comme cela est dit, du physique, de la puissance, le compromis de des 3 aboutit au résultat. les espagnols sont très "léger" en défense, manque de puissance...et puis on voit des brésiliens dans les clubs européens, au barça par exemple, pas l'inverse. on retrouve le même phénomène en rugby. l'europe : une passoire....à tendre l'autre joue.....avec des déterminés comme le bresil où la Nz......

  • rojajaro
    rojajaro     

    Tout d’abord, du physique. Les Brésiliens étaient toujours trois autour de l’espagnol qui avait le ballon. La rapidité des brésiliens, c’est d’abord cela qui a fait la différence, dès le début.
    Ensuite, de l’agressivité, prêts à la bagarre, histoire de montrer aux espagnols qu’ils n’étaient pas les maitres, eux qui sont habitués à voir leurs adversaires les regarder jouer.
    Et encore de l’abnégation, revenir défendre même lorsque cela parait perdu comme sur le ballon ôté du but par le retour de folie de David Luiz.
    Mais aussi de l’efficacité, marquer aussi vite et aux moments clés, les brésiliens l’ont provoquée en fournissant les efforts quand il le fallait.
    Et toujours, car brésiliens, une technique hors du commun. Des contrôles parfaits alliés à de belles inspirations. Les brésiliens ont rendu des ballons aux espagnols mais ceux-ci étaient le plus souvent inexploitables.
    Pour finir, des joueurs de très grand talent et un gardien en grande forme, décisif sur les quelques occasions espagnoles.
    La victoire des brésiliens me semble être le résultat d’une stratégie pensée, rigoureusement appliquée, une victoire collective qui a permis aux individualités de briller.
    La solution pour contrer le jeu espagnol est désormais trouvée. Toutefois, peu d’équipes pourront faire à l’identique du Brésil, l’an prochain, face à des espagnols revanchards.
    Le Brésil a su trouver une solution, être aussi techniques que les espagnols en étant plus forts physiquement qu’eux. S’ils continuent dans cette veine, leur 6e coupe du monde leur est promise.

  • serot
    serot     

    le Brésil à été beaucoup avantagé par l'arbitrage dans toutes les rencontres. L'Italie testait differentes tactiques et ne l'a pas jouée a fond (y qu'à voir le nombre de but encaissé)

  • bowax
    bowax     

    N'oublier pas, baston ce dit porada et il y a une chanson qui dit : "Porada é solucão"! Donc si le Brésil devient agressif les autres sont foutus pour la Coupe du monde.

  • FabioMorais
    FabioMorais     

    La victoire du Brésil face à l'Espagne est entièrement mérité. Elle montre au plus sceptique que le Brésil est encore une nation du football. Je me rappelle encore il y a quelques semaines de l'avis de Fred Hermel sur Neymar ne le considérant pas encore comme un grand joueur et qui pourrait rapidement devenir une arnaque. Excusez-moi Monsieur Hermel, mais se sentiment de supériorité des Européens, et plus particulièrement des Espagnols au sujet du football brésilien m'éxaspère. Je ne pense pas que gagner une coupa libertadores soit si facile que cela. Neymar, tout comme Paulinho, voir même Bernard et Fred ont prouvé que jouer au Brésil sa ne veut pas dire être inférieur a un joueur européen. Le championnat Brésilien est sous-côté, mais tampis cela nous est guère égal. (suffit de regarder Corinthians-Chelsea en final du mondial des clubs). Bref, quoi qu'il arrive, Neymar fait déjà parti des plus grands.

    Pour la coupe du monde,le Brésil pourra compter sur un atout de taille: Son public. C'est ce qui a fait que les joueurs se sont surpassé. Regarder la France en 98, la Corée en 2002, l'allemagne en 2006. En 2014, le brésil jouera à 12!Scolari l'a dit. Si le brésil a gagné c'est en parti grace a ses supporters. Et sa, sa a toute son importance !! Il suffit de regarder l'hymnne national ( La france devrait en prendre de la graine).


    La victoire face à l'Espagne 3-0 risque de compliquer beaucoup plus la tâche de l'équipe de Scolari. L'équipe va être attendu au tournant et la pression va être immense!. Je pense que pour le Brésil, le plus dur commence maintenant !

    Fabio. De Rio de Janeiro

  • super nanopiccolo
    super nanopiccolo     

    On a le droit de pas être d'accord, je l'ai exprimé. Ce n'est pas une raison pour le dénigrer à ce point. « je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous puissiez le dire ..." Il a sa vision, je lui fait partager la mienne sans rancœur ni hargne.

  • petite-tête
    petite-tête     

    Parfaitement d'accord avec vous. Le cynisme abject véhiculé par les médias et en particulier ce journaliste me dégoute. Tout est bon pour glorifier le "tout pour le résultat" au mépris de toute autre considération morale ou sportive.
    Le fait de louer la victoire de ce brésil agressif et physique avec la complicité de l'arbitre en est une preuve. De même, sa façon
    d'expliquer les dérives extrêmes de ce football ultra-libéral me font enrager. L'idée que de tels personnages puissent accaparer les médias durant des heures ne laisse rien augurer de bon pour ce sport déjà bien mal en point sur le plan de l'éthique.

  • Allezgorie
    Allezgorie     

    Tu as entièrement raison, mais tu parles d'un mec qui fait l'apologie du Qatar parce qu'ils ont racheté son club.. A l’écouter, il en croit qu'aux pognons, peu importe d'où il vient.
    Son aveuglement n'est que du cynisme, la démonstration du désenchantement ambiant. Il ne voit que ce qu'il veut, et il aurait été très bien au jeu de Moscou en 1980 ou en 36 en Berlin pour nous expliquer que "tout ce passe bien". Ce qui est inquiétant, c'est que Daniel est un garçon intelligent, mais sa seule défense, c'est de dénoncer ceux qu'il appele les "moralistes". Il faut croire que l’abandon des valeurs et le cynisme sont la morale de Riolo : On appelle cela le nihilisme.
    "Pour que le mal triomphe, il suffit que les hommes de bien ne fassent rien "ou se taisent"." E. Burke . Un silence accablant de Riolo sur les événements. Je ne suis même pas étonné.

  • suuper nanopiccolo
    suuper nanopiccolo     

    Bonjour
    Je trouve votre article intéressant mais je suis en profond décalage avec vos écris. Vous ne pouvez pas uniquement parler du jeu pour cette coupe." L’ambiance, l’engouement général.... prochaine." C'est absolument ce qu'il faut éviter l'année prochaine. Il y a eu des émeuttes, du sang à coulé. On ne peut pas déconnecté le sport à ce point. Je suis d'autant plus étonné que souvent vous dites que le foot ce n'est pas uniquement du sport.Je comprends le sens de votre article qui se base uniquement sur le jeu et l’intérieur du stade. Cependant faire abstraction de ce qui a autour ce n'est pas acceptable.J'aime d'ailleurs assez votre dernier paragraphe qui parle de baston... Y a-t-il une double lecture? Cette coupe des confédération est absolument à ne pas reproduire (sur tous les points hors stade) sinon l'an prochain cela risque de très mal tourné.arnaud

Votre réponse
Postez un commentaire