Klostermann, Reus et Gündogan
 

Il y a quelques mois encore, elle était gonflée de certitudes, voire d’arrogance, et avait l’image d’une machine à victoires. Mais ça, c’était avant. Au sortir d’une année 2018 catastrophique, l’Allemagne aborde dès mercredi, face à la Serbie (amical, 20h45), la trêve internationale avec une énorme pression. Et des défis à relever.

 

Votre opinion

Postez un commentaire