RMC Sport

Brésil-Tunisie: hymne sifflé, jet de banane sur Richarlison, lasers... Un match "amical" tendu au Parc des Princes

Organisé au Parc des Princes ce mardi, le match amical entre la Brésil et la Tunisie a donné lieu à plusieurs débordements, entre sifflets pendant l'hymne brésilien, jet de banane et lasers intempestifs.

Au vu de la fête organisée par les supporters tunisiens aux abords du stade ce mardi soir, l’ambiance promettait d’être chaude au Parc des Princes, ce mardi soir, pour le match amical délocalisé opposant leur sélection au Brésil. Mais c'est l'hostilité d'une partie des supporters des Aigles de Carthage que l'on a vue quelques minutes plus tard, lorsque le public a copieusement sifflé l’hymne auriverde. Un premier débordement qui en annonçait d'autres.

>>> Brésil-Tunisie en direct

La réaction des tribunes lors de l'Hino Nacional Brasileiro a semblé irriter les joueurs brésiliens, à commencer par Marquinhos. Le défenseur central du Paris Saint-Germain, mine renfrognée, a secoué la tête et jeté des regards noirs sur sa droite, visiblement irrité. Les sifflets ont tout de même continué à pleuvoir, émanant de tribunes pleines, la rencontre se jouant à guichets fermés. Sur les premières minutes de la rencontre, les quolibets se sont aussi poursuivis à chaque fois que les Brésiliens posaient le pied sur le ballon.

Des lasers pour Neymar

Quelques minutes plus tard, l'arbitre a interrompu le match le temps de passer une annonce au sujet de lasers visant les visages des joueurs brésiliens. Le speaker a alors dû faire un rappel à l'ordre.

Plus tôt dans la rencontre, alors qu'il célébrait son deuxième but, Richarlison a lui été visé par... un jet de banane, partagé par des internautes sur Twitter. Aucun de ces débordements n'a en tous cas pas perturbé l’entame de match du Brésil, sur le plan sportif en tous cas: à la mi-temps, le favori de la prochaine Coupe du monde menait très largement (4-1), après un festival offensif.

L’accueil avait été meilleur pour la Seleçao, vendredi dernier au Havre, pour le premier match de sa trêve internationale face au Ghana. Le stade Océane avait notamment réservé une longue ovation à Neymar à l’annonce de son nom, avant même le début du match, et fêté longuement les trois buts des hommes de Tite, large vainqueurs ce soir-là (3-0). Ils espéraient certainement une réception du même acabit à Paris.

CP