× RMC Sport
Découvrez l'application
RMC Sport
INSTALLER
Mis à jour le
Michael Guigou
 

 

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • skud
    skud     

    L'Equipe souhaitait les gros titres et le buzz.
    Et bien "ils" ont été comblés ! Mais on a un peu les médias qu'on mérite, y a qu'à voir les tirages...

  • janvier
    janvier     

    Oui pleureuses, mais pleureuses de l'Equipe. L'Equipe tv a invité les handballeurs pour faire le buzz, de l'audimat et donc se faire de l'argent. L'Equipe tv savait parfaitement ce qui allait se passer puisqu'ils avaient invité les handballeurs pour mettre le boxon. Quelques heures avant leur passage, le directeur de la rédaction de l'Equipe tv se réjouissait sur TWEETER que les handballeurs viennent participer au DéMONTAGE du studio (mais "à leur manière") et un autre compte tweeter de l'Equipe tv s'est réjoui d'abord de ce démontage puisqu'il annonçait la rediffusion toute la nuit de cet épisode en écrivant: "que du bonheur". Par la suite, ça a changé. Les handballeurs auraient tout pété avec le sourire, l'Equipe tv aurait été très contente mais là ils ont fait un peu de casse (cf vidéo) pour se venger alors c'est pas bien parce qu'à l'Equipe ce sont des intouchables. A gerber. PS: tout ce que j'avance est vérifiable sur le net, notamment le site handnews.

  • henri M
    henri M     

    Bilan des Jeux Olympiques de LONDRES 2012

    La grande leçon anglaise tant dans le savoir faire que dans le savoir être !
    Face à l'incorrigible suffisance française qui se contentera toujours du peu au lieu de rechercher l'excellence.

    Ces Jeux de Londres ont démontré toute cette différence qui fait la puissance d'un état d'esprit tendu avec ferveur vers le seul objectif de réussir. La raison du choix de la sélection de Londres ce résume probablement dans cette mentalité collective.

    C'est certainement ce qui nous a manqué, nous français, pour expliquer notre échec dans cette sélection. Mais tellement imbu de nous mêmes jusqu'à l'aveuglement nous étions persuadé qu'il était finalement naturel de choisir Paris.
    Avec le recul, reconnaissons que nous n'aurions pas pu réussir d'aussi beau Jeux. Deux ingrédients ont permis de concrétiser cette promotion anglaise : Leur volonté à intégré et à être influent dans toutes les strates des organisations internationales ont grandement facilité la décision du jury. Leur audace dans une créativité originale avec son milieu artistique de notoriété mondiale ont optimisé cette réussite. Alors que, souvenons-nous, l'arrogante auto-satisfaction française a joué constamment petit bras dans une suffisance tellement française... « Les Jeux ont besoins de Paris !»

    Le savoir faire anglais c'est traduit aussi dans une planification stratégique de moyens engagés durant plusieurs années sur l'aspect et choix sportifs. Ce projet sportif maîtrisé et lié à une ambition raisonnée à permis aujourd'hui aux Britanniques en une seule Olympiade de comptabiliser 29 médailles d'or, ce que la France n'a pu obtenir qu'au bout de 3 Olympiades.
    De plus, le savoir faire fusionne avec le savoir être de ce peuple Britannique, autant dans une implication collective pour le bénéfice de l'organisation, autant pour profiter à l'extrême des règlements sportifs sans sourciller avec une posture flegmatique bien d' Outre Manche, autant pour soutenir avec ferveur leurs sportifs sans distinction mais applaudissant les performances diverses et variées des autres nations.

    En fait, nous avons reçu en toute simplicité une leçon d'un Pays civilisé qui fut, leader de l'ère industrielle, première puissance coloniale du monde dont le « Commonwealth » en est l'utile et l'unique empreinte mais qui reste fidèlement fier à ses valeurs.

    Secrètement, nous étions prêt à faire des choux gras sur l'échec éventuel des anglais. Mais devant l'évidente réussite et succès de l'ensemble, nous n'entendons que silence. Toutefois, espérons que cette insupportable leçon sera une bonne conseillère ? Et que enfin nous cesserons de masturber, quand cela nous arrange, le concept de participation promulgué par le Baron Coubertin. Serions nous les seuls dans ce milieu du sport à ne pas voir l'évolution inéluctable de ce moyen puissant pour la promotion multiple et mondiale d'un pays.

    Néanmoins nous pouvons dire bravo à nos médaillés français et notamment à ceux qui confirment ou cumulent les succès. Cependant, nous ne pouvons pas ignorer que ces performances cachent un désert inquiétant dans plusieurs disciplines phares des Jeux Olympiques.
    Pourquoi un certain nombre d'athlètes n’ont qu'un seul but final d'être sélectionné. Ensuite leur discours ne fait que trahir leur désinvolture ou leur auto-satisfaction trop commode face à leur échec. Leur sélection n'est que douteuse surtout quand la situation se répète.

    Pourquoi, les questions récurrentes n'ont toujours pas de réponses à ce jour ?
    En ce qui concerne : L’inconstance des performances en générales ?
    L'incapacité d'avoir un athlète de bon niveau dans chaque discipline ?
    Nos classements proviendraient trop souvent de la faiblesse des autres ?
    L'encadrement ne serait pas suffisamment efficient ?
    Nous n'aurions pas la mentalité ni un encadrement de gagneur ?
    Notre état d'esprit serait prisonnier de Coubertin « Participer »
    Etc...Etc...Etc...
    Et puis ces commentateurs français qui se fourvoient dans des superlatifs dithyrambiques à chaque performances d'un de nos athlètes, jusqu'à faire croire l’invraisemblable, alors qu'il devrait y avoir modestie quand d'autres nations engrangent continuellement de biens meilleurs résultats.

    Tous ceux-ci, synthétise l'aspect, grandeur nature, de notre état d'esprit en général et est le reflet de notre attitude dans tous les domaines qui caractérisent la place de notre pays « La France » dans le monde.

    En conclusion, avec les atouts que nous avons, mais que nous gâchons sans cesse, nous devrions être, sans surprise, bien meilleur à tout point de vue.

    HENRI M 15/08/2

Votre réponse
Postez un commentaire