Alquier : « Le "no comment" n’est pas tenable »

Président d’une agence de communication institutionnelle, Jean-Christophe Alquier explique les secrets de la communication de crise en s’appuyant sur les cas Gasquet ou Bastareaud.

 

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • lahalle
    lahalle     

    Il est très compréhensible de s'imposer le black out soit quand on est en instruction, soit quand on attend le verdict d'un tribunal nommé par les accusateurs, ce qui est fort de café en démocratie. Après le verdict, il y aura "comment"!

Votre réponse
Postez un commentaire