RMC Sport

UFC: Pourquoi le combat de Ciryl Gane est un événement à ne pas rater

Le MMA français retient son souffle: Ciryl Gane va faire face à Jairzinho Rozenstruik, numéro 4 du classement des poids lourds, en "main event" de l'UFC Fight Night de ce week-end à Las Vegas (en direct et en exclusivité à partir de 2h dans la nuit de samedi à dimanche sur RMC Sport1), son premier combat principal depuis son arrivée à l'UFC. Un gros test et une occasion d'ouvrir un peu plus la porte vers les plus hautes ambitions. RMC Sport vous explique pourquoi il ne faudra pas rater ça.

Il trouve "fou" de "voir (s)a tête sur les posters". Il devra s'y habituer: c'est son nouveau statut qui veut ça. En affrontant Jairzinho Rozenstruik ce samedi soir dans le "main event" (combat principal) de l'UFC Fight Night à Las Vegas, Ciryl Gane passe une nouvelle étape de sa carrière façon météore en MMA. Une date qui comptera dans sa carrière et qui peut le rapprocher encore un peu plus des plus hautes ambitions en cas de succès. Il y a d’abord le côté historique. Après Cheick Kongo en juin 2011 lors de l'UFC on Versus 4, l'impressionnant poids lourd tricolore sera le deuxième représentant français – Francis Ngannou a été formé à la discipline dans notre pays mais il est camerounais – à avoir droit aux honneurs d’un "main event" de la plus grande organisation de MMA à travers la planète. Le tout pour son cinquième combat à l'UFC, preuve supplémentaire de la belle réputation forgée par le spécialiste de muay-thaï depuis son arrivée dans l'organisation américaine.

>> L'UFC revient sur RMC Sport, abonnez-vous ici pour ne rien manquer de toutes les soirées de l'année!

Il y a aussi, et surtout, son côté important pour la trajectoire de "Bon Gamin". Toujours invaincu en MMA (7-0), où il a commencé en pro il y a moins de trois ans (premier combat en août 2018, Gane a débuté son parcours à l’UFC façon bulldozer avec quatre victoires en autant de combats, la dernière en date en décembre avec un TKO au deuxième round sur l’ancien champion Junior Dos Santos, pour s’inviter au septième rang du classement de la catégorie. Et face à Rozenstruik (11-1 en carrière dont 5-1 à l’UFC), numéro 4 de ce classement et dont la seule défaite date de mai 2020 contre le surpuissant Francis Ngannou, il va passer son plus grand test jusque-là. Une étape qui peut lui ouvrir les portes des plus hautes ambitions. Avec un succès, Gane intégrerait sans doute le podium du ranking des lourds et se rapprocherait plus que jamais d’un combat pour le titre.

Pas stressé plus que ça, car ce n'est pas le genre de la maison, par ce premier "main event" à l'UFC, l'intéressé a tout de même conscience de son importance. "Pour ma carrière, c’est très impactant dans le sens où on va se dire: ‘II assure un main event, il sait faire un 5x5, c’est déjà un test pour savoir ce que ça donnera le jour où il pourra aller chercher un combat pour le titre’., confie-t-il à RMC Sport. C’est plein de petits facteurs comme ça que les mecs de l’UFC aiment bien avoir en mains pour pouvoir jauger le combattant. Donc oui, ça veut dire quelque chose."

"Je suis plus technique, lui va être plus brutal"

Alors que la ceinture des lourds sera remise en jeu le 27 mars à l’UFC 260 entre le champion Stipe Miocic et son challenger Francis Ngannou, avec sans doute pour le vainqueur la perspective d’un duel de feu contre l’ancien champion des lourds-légers Jon Jones, "Bon Gamin" serait alors positionné pour affronter Derrick Lewis, nouveau numéro 2 du classement après avoir battu Curtis Blaydes le week-end dernier, ou encore Alexander Volkov, passé cinquième depuis son succès sur Alistair Overeem début février, une étape qui lui offrirait en cas de nouveau succès une voie royale vers un combat pour la ceinture contre Miocic, Ngannou ou Jones, selon ce qui se sera passé entre les trois d’ici là. 

Pas impossible, donc, de rêver à un Gane-Ngannou – à Bercy ? L’idée donne très envie – ou Gane-Jones pour le titre. Mais avant de penser à tout cela, il faudra passer l’obstacle Rozenstruik. Comme Gane, le Surinamien sort d’une victoire par TKO au deuxième round sur Dos Santos, en août 2020. Il a surtout de la foudre dans les poings, avec dix de ses onze victoires en carrière sur TKO/KO grâce à eux, et l'opposition avec le Français spécialiste de muay-thaï s'annonce explosive. "Nous sommes tous les deux anciens strikers pieds-poings et il a beaucoup plus d’expérience que moi sur le papier, explique le Français, mais je suis plus technique, un peu plus élégant à voir, et lui va être plus brutal avec un gros pouvoir de KO. On vient du même sport mais ça va quand même être une opposition de styles." Du lourd, quoi, et un test qui permettra d’en savoir plus sur les capacités de Gane à monter sur le trône de sa catégorie. On a hâte de voir ça. 

https://twitter.com/LexaB Alexandre Herbinet Journaliste RMC Sport