RMC Sport

MMA: deux titres, un monstre en devenir, trois bonnes raisons de ne pas rater l’UFC 273

Enorme soirée en perspective pour les amoureux de combat! L’UFC 273, qui aura lieu ce week-end à Jacksonville en Floride (en direct et en exclusivité à partir de 4h dans la nuit de samedi à dimanche sur RMC Sport 2), promet un énorme spectacle avec deux combats pour un titre, dont une revanche explosive, et le retour dans la cage du phénomène Khamzat Chimaev.

Premier gros test pour le phénomène Chimaev

Il est le nouveau phénomène de l’UFC. Depuis ses débuts dans la grande organisation de MMA, à l’été 2020, Khamzat Chimaev affole les compteurs. Quatre combats pour quatre victoires, dont trois dès le premier round, et quatre bonus "performance de la soirée", total inédit après si peu d’apparitions dans l’octogone. Il affiche également un total irréel de 254 coups donnés contre… deux encaissés, qui passe à 112-1 sur les seuls coups significatifs! Si vous souhaitez un ordre de comparaison, depuis la mise en place des règles unifiées du MMA, au début des années 2000, le meilleur ratio de coups significatifs pour quatre premiers combats à l’UFC derrière le sien appartient à Matt Hughes, ancien double champion chez les welters, avec … 11,3 contre 1.

>> Suivez le choc Chimaev-Burns à l'UFC 273 et toutes les soirées UFC avec les offres RMC Sport

Mais au-delà du bilan chiffré, marqué par deux records dans l’histoire moderne de l’UFC avec le plus petit intervalle entre deux victoires (10 jours, entre son premier et son deuxième en juillet 2020) et le timing le plus rapide pour signer trois victoires de rang (66 jours), c’est l’impression générale dégagée qui fascine. Le Suédois d’origine tchétchène, ancien lutteur, marche pour l’instant sur l’adversité comme une boule de bowling au milieu des quilles. Au point de créer des moments iconiques, comme lorsqu’il a soulevé le Chinois Li Jingliang, son dernier adversaire en date en octobre 2021, avant de le balader dans la cage pour aller parler à Dana White, patron exécutif de l’UFC, avant de balancer son adversaire au sol.

Très attendu à chaque sortie, l’homme qui n’a jamais dépassé le deuxième round en carrière (10-0) est vu par certains comme surcoté car il n’a pas encore dû faire face à un gros test. Ce sera le cas ce samedi, et l’occasion de prouver au monde que la hype autour de lui est méritée, avec un choc contre le Brésilien Gilbert Burns, ancien champion du monde de jiu-jitsu brésilien, combattant très complet, numéro 2 du classement des welters de l’UFC et ancien challenger du champion Kamaru Usman. Qui pourrait bien être le prochain rendez-vous pour Chimaev si ce dernier passe l’obstacle "Durinho", surtout s’il le fait avec la manière, ce qui boosterait encore sa réputation grandissante.

Volkanovski, un trône à conforter face à une légende

Ce n’était pas forcément l’affiche attendue dans cette catégorie, où beaucoup espéraient une troisième danse entre le roi de la division Alexander Volkanovski et l’ancien champion Max Holloway. Mais vu la carrière du challenger, cette opportunité en main event (combat principal) de l’UFC 273 est ultra méritée pour lui. A 35 ans, Chan Sung Jung – plus connu sous son surnom "The Korean Zombie", attribué pour sa faculté à continuer d’avancer et d’être agressif même après avoir reçu des gros coups, à la façon d’un zombie – va pour la deuxième fois de sa carrière (entamée en juin 2007) avoir la chance de remporter le titre UFC des plumes.

Lors de la première, en août 2013, il avait été mis TKO par le champion José Aldo, alors au sommet de son art, avant de s’éloigner de la cage pendant près de quatre ans pour satisfaire ses obligations militaires au pays. Près de neuf ans plus tard, le spectaculaire Coréen va devoir faire face à un autre sacré test pour sa deuxième chance de se couvrir d’or: Volkanovski, combattant australien hyper complet et invaincu depuis neuf ans (10-0 à l’UFC, 23-1 en carrière) qui défend son titre pour la troisième fois.

Avec ses victoires sur Aldo et Holloway (deux fois), "The Great" est déjà considéré par beaucoup comme le meilleur plume de l’histoire de l’UFC. Après sa belle victoire sur Brian Ortega en septembre dernier, une décision unanime au bout d’un combat tout en maîtrise, il a une nouvelle occasion de montrer pourquoi. On adorerait voir "Zombie" s’imposer et prendre la ceinture au bout d’une telle carrière, à l’image de Michael Bisping ou Glover Teixeira dans le passé. S’il le fait en battant un talent comme Volkanovski, numéro 3 du classement pound-for-pound (toutes catégories confondues) de l’UFC, l’exploit serait immense. XXL. Mais qu’il semble difficile à aller chercher face à un champion qui montre si peu de failles…

Sterling-Yan, revanche explosive

Leur première danse dans l’octogone date de plus d’un an, mars 2021, mais personne n’a oublié le scénario. Opposé au champion Petr Yan, Aljamain Sterling avait remporté le titre des coqs, un premier sacre à l’UFC obtenu dans des conditions très particulières: le Russe avait été disqualifié pour un puissant coup de genou illégal en plein visage de l’Américain d’origine jamaïquaine alors que ce dernier avait un genou à terre (et donc trois points d’appui au sol).

Sterling avait ensuite jeté la ceinture, comme s’il se sentait illégitime à la gagner de cette façon, avant de poser avec tout sourire quelques heures plus tard. De quoi pousser Yan à l’accuser d’avoir volontairement refusé de reprendre le combat pour remporter le titre alors que le champion était en train de retourner les débats en sa faveur. Depuis, les deux ne perdent jamais une occasion de se titiller par médias interposés. La tension est là, forte, réelle, et elle devrait entraîner une revanche explosive.

Beaucoup considèrent encore Yan, qui a entretemps remporté le titre intérimaire avec une démonstration face à Cory Sandhagen en octobre dernier, comme le meilleur coq de la planète MMA. Même les classements UFC semblent d’accord: la version pound-for-pound place le Russe au neuvième rang alors que Sterling, pourtant toujours champion, n’apparaît pas dans le top 15 (il s’agit de la seule catégorie où le champion est devancé par un autre combattant). Mais l’Américain, trop sous-estimé après le premier affrontement entre les deux alors qu’il avait très bien débuté le combat, a des arguments à revendre et s’annonce prêt à déjouer les pronostics pour prouver qu’il mérite bien d’être le champion. Ce choc n’est "que" le co-main event de la soirée UFC 273. Mais c’est sans doute le combat le plus intriguant de la carte.

https://twitter.com/LexaB Alexandre Herbinet Journaliste RMC Sport